Berne : « œcuménisme intraprotestant » entre réformés et évangéliques dans l’Eglise réformée

jeudi 26 février 2015

L’Eglise réformée bernoise pratique un dialogue, qu'elle appelle « œcuménisme intraprotestant », avec quelques communautés et œuvres évangéliques. Un état des lieux a été publié en allemand en 2013. Il vient d'être traduit et édité sous la forme d'une brochure de 15 pages. Découverte des sujets qui fâchent et de ceux qui réjouissent.

La traduction française d'un texte qui précise les relations entre l’Eglise réformée Berne-Jura-Soleure et quelques communautés évangéliques, membres de cette Eglise, vient de paraître. Intitulé « Eglise nationale réformée évangélique du canton de Berne et communautés évangéliques : vers un témoignage commun » (1), il a été signé en 2013 par l’Eglise réformée bernoise, ainsi que par cinq œuvres et Eglises évangéliques.

Le texte s'inspire d'un document élaboré par les Eglises réformées et évangéliques de Suisse romande en 1998 déjà : la « Déclaration commune des conseils de la FEPS et de la Fédération romande d’Eglises et œuvres évangéliques (FREOE) » (2). Dépourvu de prétentions juridiques, le texte propose un état des lieux de la situation. Il montre comment évolue cet « œcuménisme intraprotestant ». Il a été conçu pour « contribuer à nourrir le dialogue dans les régions et au sein des paroisses et communautés ».

Un dialogue difficile

Dans ce texte, trois chapitres précisent plus particulièrement l'état du dialogue et les perceptions réciproques que nourrissent réformés et évangéliques :

- Ce qui unit. Jésus-Christ, Seigneur et Rédempteur, est central dans toutes les Eglises. La Bible l'est aussi, mais comme un texte auquel on se réfère – ce terme laissant de la place à des approches très différentes. Quant à « la joie d'appartenir à l’Eglise universelle du Christ », elle va à l'encontre des opinions selon lesquelles les communautés évangéliques seraient des sectes.

- Nos points de friction. Les Eglises reconnaissent des divergences dans leur compréhension de la Bible. Si le refus d'une interprétation littérale traverse toutes les tendances, la lecture évangélique de la Bible vise à nourrir une piété personnelle, alors que la lecture réformée met l'accent sur une approche historico-critique. Selon le texte, les réformés « entretiennent une relation plutôt distante avec la Bible ».

Une autre divergence apparaît dans l'administration des sacrements. Dans l’Eglise réformée, seules des personnes consacrées sont habilitées à dispenser le baptême, la cène, une confirmation, un mariage... Le texte juge que la pratique évangélique est différente et que « le lien entre attribution d’un ministère et accomplissement de sacrements ou d’actes cultuels est plus lâche ». Cela rend impossible une reconnaissance mutuelle en ce qui concerne la formation de pasteur.

Mais le sujet de discorde le plus important et le plus douloureux reste celui du baptême, même si toutes les communautés reconnaissent la légitimité d'un baptême d'adulte et celle d'un baptême d'enfant. Le texte marque l'incompréhension des Eglises réformées à l'égard de communautés évangéliques qui pratiquent le « rebaptême », tout en reconnaissent le caractère unique de celui-ci.

- Ce à quoi nous nous engageons. Il fallait s'y attendre, le baptême figure en bonne place des engagements souhaités. Les différentes Eglises s'engagent ainsi à rappeler son caractère unique et à renoncer à ce que le texte appelle le « rebaptême ».

Parmi les autres engagements figure celui de « s’abstenir de toute tentative de détournement des membres actifs de la paroisse ou de la communauté » et aussi celui de « diffuser envers le public une image équilibrée de la diversité protestante ».

Claude-Alain Baehler

La brochure de 15 pages « Eglise nationale réformée évangélique et communautés évangéliques : vers un témoignage commun » peut être commandée auprès des Services centraux de l'Eglise réformée Berne-Jura-Soleure, courriel : zd@refbejuso.ch.
Elle peut également être téléchargée sur le site de l'Eglise réformée Berne-Jura-Soleure.

Notes

(1) Le titre allemand du document est : « Unterwegs zum gemeinsamen Zeugnis – evangelisch-reformierte Landeskirche und evangelische Gemeinschaften. Was uns eint – wo wir uns reiben – wozu wir uns verpflichten ».

(2) FEPS : Fédération des Eglises protestantes de Suisse. La Fédération romande d’Eglises et œuvres évangéliques (FREOE) était une plate-forme de dialogue qui a fusionné en 2006 avec l'Alliance évangélique romande, afin de donner naissance au Réseau évangélique suisse (RES).

  • Encadré 1:

    Un « œcuménisme intraprotestant » typiquement bernois

    Le document « Eglise nationale réformée évangélique du canton de Berne et communautés évangéliques : vers un témoignage commun » (1) , a été signé en 2013 par l'Eglise réformée Berne-Jura-Soleure, ainsi que par cinq œuvres et communautés évangéliques : Evangelisches Gemeinschaftswerk Worblaufen (www.egw.ch), Vineyard Bern (www.vineyard-bern.ch), Neues Land (www.neuesland.ch, six communautés), Landeskirchliche Gemeinschaft JAHU (www.jahu.info, deux communautés) et J-Point Steffisburg (www.j-point.ch).

    Alors que, en Suisse romande, le Réveil du XIXe siècle a conduit les Eglises réformées et les mouvements qui allaient devenir des Eglises évangéliques à la rupture, il en a parfois été autrement dans le canton de Berne. Des communautés et des mouvements diaconaux se sont développés dans le cadre de l’Eglise réformée, tout en proclamant un message de tendance résolument évangélique. Le document rappelle : « Il appartient à la tradition particulière de l’Eglise réformée bernoise, qui se comprend comme une Eglise plurielle, d’avoir toujours accordé une place au christianisme d’inspiration piétiste, démarche qui a permis d’éviter une scission au XIXe siècle déjà ».

    Depuis près de 20 ans, un « œcuménisme intraprotestant » rassemble régulièrement réformés et évangéliques qui se considèrent comme une partie de cette Eglise réformée cantonale. Ce dialogue est plus que jamais d'actualité en raison du développement d'Eglises d'immigrés dans le canton de Berne – généralement d'Afrique, d'Asie et d'Armérique latine. L’Eglise réformée bernoise désire tisser des liens avec ces communautés évangéliques et conduire des rapprochements, tant sur le plan théologique que sur celui de l'organisation.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !