Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

Vivian, lors de son passage en Suisse
Vivian, lors de son passage en Suisse (Déborah Kunz) icon-info
Deborah Kunz jeudi 15 juin 2023

Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

Une enfance tragique

Il y a la misère qui éclabousse au visage et celle — plus intime — qui ronge de l’intérieur. Un jour de trop et la vie de deux enfants bascule. «J’avais besoin d’aller faire pipi, la nuit. Pour cela, je devais sortir de la maison. Alors, j’ai voulu “réveiller” mes parents… », se souvient Vivian. Mais ses parents ne se réveilleront jamais : son père s’est suicidé après avoir assassiné sa mère. « J’avais neuf ans et ma sœur, à peine six », détaille-t-elle. De ses jeunes années, Vivian se rappelle qu’on l’emmenait à la mosquée pour les prières et la formation. Mais comme son père voyageait de temps en temps, sa mère permettait à ses deux fillettes de suivre le programme de parrainage de l’ONG Compassion trois ou quatre fois par semaine.
« Heureusement, elle pensait que c’était quelque chose de très important pour nous. Toutefois, il n’a pas été facile pour mon père d’accepter que je fréquente un lieu ecclésiastique. Il craignait que notre foi soit remplacée “de force” par le christianisme ».

Maltraitées puis recueillies

À la suite du drame familial, les deux fillettes sont placées chez une tante tout aussi pauvre que leurs parents, mais par ailleurs alcoolique et violente. Elles se couchent souvent le ventre vide. Parfois même, chassées de la maison, elles sont contraintes de dormir dehors. Bien que fréquentant le centre de développement — partenaire de Compassion — les fillettes retrouvent leur dure réalité, sitôt rentrées « à la maison ». Elles résistent trois ans. Jusqu’au jour où, n’y tenant plus, Vivian et sa sœur demandent de l’aide à leur voisinage pour qu’on les ramène au centre. Elles sont recueillies et prises en charge par deux femmes membres du personnel : une exception, puisqu’elles sont orphelines. Elles peuvent enfin grandir dans un milieu bienveillant et sécurisé.

Christ, Vivian et sa marraine

Vivian va à l’église tous les samedis pour chanter, prier et étudier la Bible. Les programmes de Compassion lui redonnent espoir et lui procurent une certaine paix et une force intérieure. Comme elle sait lire et écrire, elle peut correspondre avec sa « maman américaine », qui la parraine par le biais de l’ONG. Vivian lui confie les mauvais traitements reçus chez sa tante, les rejets, les années noires. Sa marraine lui assure que Dieu sait ce qu’elle endure et qu’il veille sur elle. Elles s’écrivent régulièrement, s’échangent des prières. Un lien fort se tisse entre les deux jusqu’à la majorité de Vivian. Par ailleurs, l’amour prodigué par le pasteur et les autres membres de l’église l’aident à développer sa foi : «Recevoir Jésus dans mon cœur a été ma décision personnelle. Il est devenu mon meilleur ami , confie-t-elle.

Délivrer son prochain de la misère

Vivian veut aider les autres. Elle est sélectionnée pour étudier les assurances sociales. Lorsqu’elle décroche sa licence universitaire, elle ne trouve pas d’emploi immédiat. Elle reprend contact avec les membres de sa famille à Arusha, qui l’avaient abandonnée auparavant. Beaucoup d’entre eux n’ont pas d’emploi ou vivent dans la rue. La jeune Tanzanienne décide alors de créer une petite entreprise ; elle déniche un local pour y préparer des plats simples à vendre au marché. Au bout de huit mois, le petit commerce « tourne ». Vivian obtient entre-temps un poste chez Compassion comme bénévole. Grâce à l’argent gagné, sa famille peut désormais louer une maison décente et sortir de la misère.

Formée par Compassion, Vivian coache durant huit ans de jeunes mères célibataires au sein de l’église. Elle les soutient dans la création de leur petite entreprise pour qu’elles puissent en vivre, prendre soin de leur enfant et habiter dans un logis salubre. La fraîche diplômée anime aussi des sessions pour les jeunes à l’église. À son tour, elle peut écouter, comprendre et soutenir des personnes en situation de détresse. Vingt ans ont passé depuis son arrivée au centre. C’est pourquoi, aujourd’hui, Vivian tient à témoigner sa reconnaissance et attester que tout est possible grâce aux parrainages de Compassion.

Pour que d’autres enfants réalisent leurs rêves

Indéniablement grandir et collaborer avec Compassion a été la chance de sa vie. « Non seulement l’institution aide matériellement, mais aussi spirituellement. Compassion est la meilleure organisation pour parrainer une personne ou pour changer sa vie en mieux », déclare-t-elle. D’ailleurs, Vivian est devenue à son tour marraine d’une petite fille de neuf ans, du Burkina Faso. Elle lui écrit en anglais et la fillette lui répond en français. Les services de l’ONG assurent la traduction et veille au contenu licite des missives, protection de l’enfance oblige. À la question de savoir comment elle se sent aujourd’hui, Vivian répond : «Je suis fière de moi et de ce que j’ai accompli. Et aussi d’être partie prenante dans la vie d’autrui pour améliorer ses conditions d’existence. Je suis reconnaissante de prendre la parole pour témoigner que Dieu est proche de nous et peut changer nos vies, notre destin.»


Pour la jeune Tanzanienne, les valeurs comme l’intégrité, le respect et l’amour sont primordiales : « Il faut être capable de respecter autrui sans porter de jugement. Nous ignorons le vécu d’une personne et ce qu’elle traverse dans son quotidien. Offrir de l’amour est le plus beau des cadeaux qu’on puisse faire » Raison pour laquelle elle se bat pour que les enfants défavorisés puissent aller à l’école, sortir de leur condition et croire en un monde meilleur. Et pour qu’ils se donnent les moyens de réaliser leurs rêves.

Pour en savoir plus

 

  • Encadré 1:

    Compassion, c'est quoi?


    Compassion soutient plus de 2,2 millions d’enfants via son programme de parrainage dans 27 pays. Cela consiste à attribuer un parrain ou une marraine à un mineur jusqu’à sa majorité. Avec un parrainage de 1,40 CHF par jour, les ressources du centre de développement de l’enfant, une structure parallèle de l’église locale, permet d’organiser des activités pour développer ses fonctions cognitives, s’assurer qu’il ait un accès à l’école, lui allouer fournitures et soutien scolaire, un uniforme, une alimentation saine, un suivi médical périodique et une formation à l’hygiène. Tout enfant bénéficie de soutien pour activer son potentiel et déployer ses talents. 

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

  • « Il était des fois » : une série de capsules vidéo mettant en dialogue des jeunes évangéliques, réformés et catholiques

    Ven 17 mai 2024

    Le 21 mai sortira sur les réseaux sociaux de la FREE et sur sa chaîne Youtube la première de cinq capsules vidéo réalisées avec Média-Pro, Cath-Info et DM. Dans cette série "Il était des fois", deux jeunes catholiques, deux jeunes réformés et quatre jeunes évangéliques, réunis le temps d'un week-end à la montagne, discutent de leur foi respective et apprennent à se connaître.

  • Cours Just People (4) : la justice au cœur des préoccupations et des actions

    Ven 10 mai 2024

    Lors de la quatrième rencontre du cours Just People, le 1er mai 2024, Salomé Richir-Haldemann, coordinatrice de Stop Pauvreté, a présenté la justice mise en pratique comme une exigence biblique, une conséquence naturelle du salut par la foi. Elle invite les Eglises et les chrétiens à mettre la justice au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions.

  • Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

    Ven 10 mai 2024

    Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !