Culte radiodiffusé à Nyon : « Quel est mon essentiel ? »

(Réd.) lundi 31 janvier 2022

Sollicités pour la troisième fois pour intervenir dans le service public, les membres de l’Eglise évangélique La Fraternelle (FREE) à Nyon ont vécu le culte radiodiffusé de dimanche 30 janvier sur RTS Espace 2 avec plaisir et reconnaissance. « Les places se sont arrachées », a indiqué le pasteur David Rossé, alors que la célébration était limitée à 50 personnes.

« Nous avons été sollicités en 2016 pour la première fois, explique lundi 31 janvier David Rossé. Aujourd’hui, nous sommes moins stressés et avons vraiment du plaisir de nous sentir, par les ondes, en communion avec toute la Suisse romande et même au-delà ! C’est toujours sympathique de faire et de vivre ces cultes. » Le pasteur a assuré la prédication de cette célébration placée sous la bannière de Jean 15 : 9, « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. »

« Nous avons voulu nous recentrer comme Eglise autour de ces deux injonctions ou élans : aimer Dieu et aimer son prochain », déclare David Rossé Un défi qui sera poursuivi dimanche 6 février prochain par son collègue Francesco Gangemi. Le thème de ces cultes fait partie d’une réflexion plus large de l’Eglise, à partir du livre « Un MOI pour aimer l’essentiel » de Gilles Geiser.

 Voici le texte de la prédication de David Rossé :

« Quel est mon essentiel ? C’est la question que nous nous posons ce matin, comme la semaine dernière et durant tout ce mois.

Quel est mon essentiel ? Avec toutes les difficultés que cela comporte, car finalement ce n’est pas si facile que ça de se concentrer sur l’essentiel ; naturellement on se concentre sur le superficiel. Naturellement, on a tendance à être distrait, à se laisser distraire. L’essentiel devient alors lointain, un concept, une idée plus qu’un vécu ou une relation.

Un aspect reposant

Jésus en est bien conscient lorsqu’il s’adresse à ses disciples, à ses proches. Ces paroles fortes font partie d’un ensemble plus grand que l’on appelle le discours d’adieu dans l’Évangile de Jean. Sachant qu’il va bientôt être mis à mort et qu’ensuite il sera amené à rejoindre son Père après sa résurrection, Jésus s’applique à transmettre ce qu’il a de plus important, d’essentiel à ses disciples.

Ces chapitres 13 à 17 de Jean peuvent être considérés comme une sorte de testament de Jésus, un condensé de son enseignement et des priorités qu’il contient. Quel est donc l’essentiel de la foi ? Demeurer dans l’amour de Dieu, Jésus.

Il y a tout d’abord un aspect reposant, qui fait du bien. Demeurer évoque le repos, dans le vrai sens du terme. Pas le farniente de la plage estivale qui évoque plutôt l’ennui, mais le repos, là où tout se calme, et là surtout où notre identité, notre personne est ressourcée et en sécurité.

Dans notre vie active et qui s’accélère chaque jour un peu plus, nous avons besoin de lieux, de moments où nous pouvons demeurer dans l’amour de Jésus.

Un commandement

Quels sont ces lieux ?

Existent-ils dans ma vie ?

Est-ce que ces moments existent dans mon quotidien certainement rapide et chargé ?

« Demeurez dans mon amour » suppose un état de fait, qui nous est offert par Jésus. Ce n’est pas quelque chose à devoir reconquérir à la force de nos efforts chaque matin.

Certainement une des meilleures définitions de la grâce : « Demeurez dans mon amour ». Cet amour est là, il se rend présent à nous, il nous a été acquis à la croix une fois pour toutes. Dans ce cadre, il est plutôt évident à notre tour d’aimer Dieu, de demeurer dans son amour. D’aimer l’essentiel, finalement. Et nous avons besoin de ces moments-là, notre foi, notre vie doit pouvoir vivre ces moments de grâce.

Dans le même temps, il y a une forme de reconquête pour revenir à l’essentiel. Cet essentiel est identifié, il nous le faut, car c’est aussi un devoir, et pas uniquement un élan. Il y a une notion de devoir car cela reste aussi un commandement : tu dois aimer le Seigneur ton Dieu…

Prendre des temps à part…

Demeurer dans l’amour a été modélisé d’une certaine façon par Jésus qui, durant tout son séjour sur Terre, a aussi dû se battre pour demeurer dans l’amour du Père. Je trouve que ça fait du bien de se rendre compte que même Jésus a dû prendre ces temps à part, en retrait, en sécurité, pour demeurer dans l’amour du Père.

Demeurer à un endroit où l’on se sent en sécurité ou chez quelqu’un où l’on se sent bien, c’est demeurer chez quelqu’un que l’on aime, chez quelqu’un qui a de la valeur. Ce verbe demeurer est très parlant je trouve.

Cela signifie donc aimer Dieu, aimer rester et être en sa présence. Ce ne peut être quelque chose de forcé, voire même quelque chose que l’on doit faire. L’obligation, il me semble, est là pour nous signifier notre propension naturelle à nous détourner de l’essentiel, et non pour qualifier la relation une fois qu’elle est établie et vécue. Il y a une grande différence ! 

… pour une relation unique

Il est en effet difficile d’imaginer, si on pousse cette image de demeurer chez quelqu’un où l’on se sent bien, en sécurité, en croissance, que ce soit une charge, un devoir moral. Il y a une autre dimension, clairement : la dimension de l’amour, de l’attachement au Père, cette relation unique et mystérieuse qui nous unit à notre Créateur et au Créateur de l’Univers. 

L’image du cep et des sarments que Jésus choisit dans les versets qui précèdent illustre bien cette relation intime au Père. Il poursuit avec un autre versant de la relation : « Voici mon commandement : que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés. […] Ce que je vous commande, c'est que vous vous aimiez les uns les autres. » (Jean 15 : 12 & 17)

On se rend compte alors qu’il y a une jonction, voire même plus : une communion des deux commandements.

Des rapports porteurs de vie

L’un ne peut pas aller sans l’autre. L’un se nourrit de l’autre. L’un est dépendant de l’autre. C’est parfois un peu difficile à saisir, car ce n’est objectivement pas la même chose que d’aimer Dieu et d’aimer son prochain.

Son prochain, par définition, est là, palpable, présent, vivant, parfois désagréable. Tandis que Dieu n’est pas là physiquement, palpable. Donc l’effort qui nous est demandé par Jésus est conséquent.

La communion, à l’exemple de la communion dans la Trinité se retrouve constamment dans Jean. On trouve ces rapports, mystérieux et pourtant dynamiques, porteurs de vie, fluides. Les frontières sont repoussées, les limites ont plutôt tendance à s’effacer pour laisser place au souffle de l’Esprit Saint.

Si…

Imaginons deux secondes quel visage prendrait l’histoire de l’Église si cet essentiel avait été pris en compte ! Il y a quelque chose de tragique… Prenons les guerres de religion, notamment aux 16e et 17e siècles. Que n’a-t-on pas fait au nom de l’amour de Dieu ?

Aujourd’hui nous avons peine à comprendre et saisir ce qui a pu se passer à ce moment-là. Nous avons vécu la Semaine de l’unité des chrétiens il y a 15 jours, donc imaginer des personnes aimant Dieu et son Fils se faire la guerre, s’entretuer, pour nous c’est compliqué, voire impossible à concevoir. Et pourtant...

Au nom de l’amour de Dieu, ou en tous les cas, de la vérité, ce n’est peut-être pas toujours la même chose ! Des milliers de croyantes et de croyants ont été tués, ont dû prendre le chemin de l’exil, ont été pourchassés jusque dans leurs propres maisons. C’est un fait, auquel on pourra peut-être trouver d’autres raisons que celles que je viens d’évoquer.

… le scénario aurait été différent

Imaginons ce qui aurait pu se passer si ces deux commandements avait vraiment été pris ensemble, l’un avec l’autre. Que ce serait-il passé ? Assurément le scénario aurait été différent.

À nos niveaux personnels, et certainement moins tragiques, il en va de même. L’un ne peut aller sans l’autre. Plus encore, l’amour du prochain permet de manifester l’amour de Dieu. Eh oui ! Dans la parabole du Samaritain, l’amour du prochain manifeste  ou illustre l’amour de Dieu, et l’amour pour Dieu.

On retrouve cette manifestation dans l’Évangile de Matthieu avec la parabole des boucs et des chèvres : ce que vous avez fait au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous l’avez fait.

« Alors il leur répondra : Amen, je vous le dis, dans la mesure où vous n'avez pas fait cela pour l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne l'avez pas fait. » (Matt 25 : 45).

Joie et amitié avec Jésus

En préparant ce mois de mobilisation j’ai déjà reçu quelques témoignages, réels, et actuels qui pointent aussi dans cette direction : des personnes qui ont découvert Dieu en regardant évoluer des chrétiennes et des chrétiens.

Sans se vanter, mais sans fausse modestie aussi, il est possible de dire aussi que les croyants sont capables de manifester l’amour de Dieu à travers leurs actes, et notamment à travers l’amour du prochain.

Cette manière de vivre concrètement ces deux commandements pris ensemble établit, au minimum, deux choses dans la vie de celles et ceux qui les pratiquent.

Deux conséquences :

  1. Que notre joie soit parfaite.

« Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi j'ai gardé les commandements de mon Père et je demeure dans son amour.

Je vous ai parlé ainsi pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète. » (Jean 15 : 11-12)

Une joie qui ne dépend pas ces circonstances, mais d’un état relationnel, d’une manière d’être en Dieu et en lien avec son prochain.

  1. Amitié avec Jésus.

« Vous, vous êtes mes amis si vous faites ce que, moi, je vous commande. Je ne vous appelle plus esclaves, parce que l'esclave ne sait pas ce que fait son maître. Je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai entendu de mon Père. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et institués pour que, vous, vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure ; afin que le Père vous donne tout ce que vous lui demanderez en mon nom. » (Jean 15 : 14-16)

L’essentiel de notre foi

Une fois que le disciple a pu saisir cette réalité, il peut pleinement saisir la réalité de l’amitié du Christ, qui lui, voit et vit de cette manière imbriquée. Ces relations d’amour avec son Père et avec celles et ceux qui l’entourent deviennent sa marque de fabrique.

En conclusion, l’essentiel de notre foi chrétienne tient dans ce double commandement. Cet essentiel est donc identifié, clair. Son intégration dans nos vies est un véritable parcours de vie. Avec des hauts, avec des bas. Avec des moments de lucidité, des moments d’échecs, des moments de plénitude.

En aucun cas, l’ennui ne peut s’inviter car nous n’en aurons jamais fini avec l’amour de Dieu et l’amour du prochain.

Cette nouveauté continuelle est simplement belle à vivre et expérimenter. Tout simplement aussi, je nous souhaite de la vivre et de l’expérimenter chaque jour. Amen. »

A apprendre par cœur : 1 Corinthiens 13 : 4-7 & 13,

« L'amour est patient, l'amour est bon, il n'a pas de passion jalouse ; l'amour ne se vante pas, il ne se gonfle pas d'orgueil, il ne fait rien d'inconvenant, il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s'irrite pas, il ne tient pas compte du mal ; il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il se réjouit avec la vérité ; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. […] Or maintenant trois choses demeurent : la foi, l'espérance, l'amour ; mais c'est l'amour qui est le plus grand. »

(Réd.)

 

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Il était une foi des sages [1]

    Ven 12 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Concours de la FREE : Quatre bourses d’études ont été attribuées

    Ven 12 juillet 2024

    Début 2024, par le biais de son journal VIVRE, la FREE a lancé un concours pour encourager des chrétiennes et chrétiens, jeunes ou moins jeunes, à entrer dans leur vocation. Les quatre gagnants, trois garçons et une fille dans la vingtaine, sont aujourd'hui connus. Chacune et chacun recevra une bourse de formation en vue de ses études à la HET-PRO ou à la Start Up Ministries.

  • France: Une enquête sur l'éducation sexuelle auprès des jeunes évangéliques

    Ven 05 juillet 2024

    Quels sont les besoins en matière d’éducation sexuelle des jeunes évangéliques ? Quels sont les apports et les manques de l’enseignement des Églises dans ce domaine ? C’est sur ces questions que s’est penchée l’enquête « Éducation sexuelle scolaire versus communautaire : impacts, besoins et disparités de genre chez les jeunes adultes évangéliques en France ». Publiée en mai dernier, cette enquête est le fruit du travail d’André Letzel, ancien pasteur, conseiller conjugal et sexologue, et de Brice Gouvernet, docteur en psychologie et maître de conférence. 

  • Donald Trump, à nouveau « le moindre mal » pour les évangéliques blancs !

    Jeu 04 juillet 2024

    C’est probablement le premier candidat à l’élection présidentielle américaine à être visé par plusieurs procédures judiciaires. Toutefois, Donald Trump recueille à nouveau le suffrage d’une majorité d’évangéliques blancs. Éléments d’explications avec Matthieu Sanders, pasteur baptiste à Paris. Ce Franco-américain est diplômé en sciences politiques et en théologie. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Églises évangéliques.]

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !