Digger se bat pour sa survie dans le monde trouble du déminage humanitaire

vendredi 14 novembre 2014

Le constructeur de machines de déminage Digger se bat pour garder sa place dans un contexte difficile. Il ne suffit pas de construire un excellent matériel, encore faut-il arriver à le vendre dans un petit monde où la communication et la corruption faussent parfois le jeu.

La Fondation Digger à Tavannes, spécialisée dans la construction de chars blindés de déminage, vient de perdre un contrat. L'acheteur voulait savoir si la machine était capable de résister à des mines antichars. Digger n'a pas voulu donner de garanties avant d'avoir testé son char. Par contre, un concurrent a donné les garanties demandées sans avoir testé son matériel et il a remporté la vente.

Les choses se passent ainsi dans le petit monde du déminage humanitaire. Trois ou quatre constructeurs tentent de survivre en se livrant à une concurrence sans merci. « Malgré la quantité phénoménale de mines dispersées un peu partout dans le monde, il se vend très peu de machines de déminages », déplore Frédéric Guerne, le directeur de Digger.

Dans le cadre de la signature des Traités d’Ottawa, plusieurs pays s'étaient engagés à libérer leur territoire des champs de mines d'ici à 2019. La plupart n'y arriveront probablement pas et des demandes d’extension des délais ont été une fois de plus demandées pour… 2025. Faute de volonté politique, par manque de financements ou à cause de situations politiques catastrophiques, plusieurs projets de déminages sont carrément à l'arrêt. C'est, par exemple, ce qui vient de se passer en Libye et au Mali.

La survie plutôt que l'efficacité

senegal-1.960x400

Les organisations humanitaires qui pratiquent le déminage ont besoin d'être soutenues financièrement. Le climat actuel de restrictions budgétaire les contraint à concentrer leurs forces sur leur propre survie plutôt que sur l'efficacité de leur travail.

« Il faut bien reconnaître que, pour émouvoir des donateurs éventuels, l'image d'un démineur à genoux, transpirant et risquant sa vie, est plus porteuse que nos machines », reconnaît Frédéric Guerne. Pourtant, les machines permettent d'augmenter la rapidité du déminage et d'en diviser les coûts par dix. Il est parfois pénible de voir combien l’efficacité de plusieurs programmes de déminages pourrait être multipliée par l’utilisation d’une seule machine, mais cela est moins médiatique.

Un autre problème rencontré par Digger est lié à la corruption. Nombre d'intermédiaires qui achètent des machines de déminage – souvent pour des gouvernements – exigent une double facturation de la part de leurs clients. Ensuite, ils empochent la différence. « Nous refusons d'entrer dans ce jeu, précise Frédéric Guerne. Nous allons donc faire ce que personne ne fait : afficher les prix de nos machines de manière claire. »

Mais Frédéric Guerne garde la flamme. Il rappelle : « Nous voyons les bénéficiaires de notre travail sur le terrain. Ce sont des paysans dans leurs champs, des enfants qui vont à l'école. Et j’ai le sentiment de faire ce que Dieu me demande. Cela nous encourage malgré les difficultés, malgré la précarité de nos finances ! »

Plus d’infos.

  • Encadré 1:

    La nécessité de développer du matériel polyvalent

    Un chantier de déminage ne comprend pas que des mines à enlever. C'est également un lieu où des camions sont déchargés, du matériel est transporté, des trous sont creusés. « Par exemple, des glissements de terrain se sont produits dans des champs de mines en Bosnie, explique Frédéric Guerne. C'est ainsi que ces  champs de mines classique se sont transformés en gros problèmes. Il nous a fallu concevoir des outils spécifiques pour de telles situations. »

    Digger a donc développé une gamme d'outils « Cas de catastrophe ». Ceux-ci peuvent être fixés sur le char de déminage et rendre de nombreux services. Par exemple, une pelleteuse permet de creuser le sol en toute sécurité, une lame sert à égaliser le terrain ou à pousser des objets potentiellement piégés, etc.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !