Laos : de fortes inondations touchent les engagements du SFE

Silvain Dupertuis jeudi 19 septembre 2019

De graves inondations ont frappé le Laos. Les engagements du Service fraternel d’entraide (SFE), l’ONG proche de la FREE, ont été touchés. Tour d’horizon.

La tempête tropicale Podul qui a touché le Vietnam fin-août début-septembre et les pluies qui ont suivi ont provoqué d’importants inondations dans le sud du Laos depuis le 9 septembre. On n’en avait jamais vu de telles depuis plus de 40 ans. La plaine de Song-Khône notamment, dans la province de Savannakhet (où se situe la première Église évangélique fondée au Laos), a été complètement inondée et, fait exceptionnel, l’eau est montée jusque dans les parties hautes du village.

Le SFE sur la brèche

Les expatriés du Service Fraternel d’Entraide (SFE), en service dans trois autres provinces du Sud (Sékong, Attapeu, Saravane), sont sur la brèche pour aider les sinistrés.

A Sékong, de nombreuses conduites d’eau ont été arrachées, et l’eau est coupée dans une majorité de la province. Le district de Kalum (la région la plus reculée de la province) est coupé du monde, des glissements de terrain à plusieurs endroits ayant détruit la piste qui permettait d’y accéder. Actuellement, les communications se font par un pont aérien organisé par l’armée. Il permet de ravitailler le district, et une tyrolienne a été mise en place au-dessus de la rivière principale qui permet d’envoyer une personne avec une moto. Les récits que rapportent des personnes évacuées montrent que les habitants manquent de tout et que l’électricité et l’eau ont été coupées. On espère que la route sera bientôt réparée pour pouvoir accéder à nouveau au district.

Saravane: de nombreuses récoltes perdues

La province de Saravane a été également très touchée. De nombreux habitants ont vu leurs maisons englouties jusqu’au toit ! Plus au sud, une partie de la ville de Paksé s’est trouvée sous les eaux pour plusieurs jours. Le bilan officiel fait état de 14 décès, un chiffre clairement trop optimiste. De plus, de nombreuses récoltes ont été perdues, des animaux ont péri, et bien des infrastructures ont été endommagées.

Dans leurs différents lieux de service, les équipes du SFE ont été à pied d’œuvre pour aider les sinistrés, en coopération avec les autorités et les autres ONG. Maintenant que l’urgence primaire est passée, la priorité pour le SFE est de s’assurer de la sécurité alimentaire pour les personnes ayant perdu leurs récoltes.

Nouvelles transmises par Arnold Probst, médecin travaillant avec le SFE dans un projet médical à Sékong avec l’appui du SME.

  • Encadré 1:

    Songkhone : au secours d'une population très sinistrée

    A Songkhone (province de Savannakhet), environ 1000 personnes ont été gravement impactées par les inondations – dont 360 sont chrétiens.

    Durant le week-end des 14-15 septembre, l’équipe du SFE à Kapeu a apporté une aide immédiate, en fournissant deux filtres à eau de Terra Clear et une aide alimentaire (nouilles). Ce sont les Eglises locales, qui étaient déjà des centres d'aide pour la région, qui ont assuré la distribution. Elles bénéficient d’un financement local, mais qui reste insuffisant.

    Le soutien du SFE a été grandement apprécié. Les filtres ont été installés dans les locaux de l’Eglise afin d’assurer une accessibilité à tous. La communauté a demandé si nous pouvions fournir davantage d’aide.

    A plus long terme, le SFE souhaite anticiper les besoins en riz de semence. Si des fonds sont disponibles, il pourrait acheter du riz pendant la saison des récoltes et le stocker pour le mettre à la disposition des villageois pour les prochaines semailles. Il pourrait peut-être saisir l’occasion d’offrir une formation sur une technique qui utilise moins de semences et pour une meilleure production, en espaçant les plantons de 25 cm. Le SFE à Kapeu a déjà le matériel pédagogique pour cela, et il espère pouvoir ainsi continuer cette aide dans cette zone particulièrement sinistrée.

    Récit transmis par Dawn Lewis, en charge du projet de développement communautaire dans le village de Kapeu (province de Sékong).

  • Encadré 2:

    Une semaine folle à Kapeu

    Mardi 3 septembre, après 4 jours de pluie incessante, les problèmes ont surgi à Kapeu. Le charmant ruisseau qui traverse le village s’est transformé en un torrent déchaîné. L’eau a commencé à pénétrer dans les maisons près du ruisseau, et plusieurs petits ponts ont été inondés, coupant les gens du reste du village. Au fil de la journée, le personnel du SFE s’est rendu compte que plusieurs d’entre eux ne seraient pas en mesure de rentrer à la maison. Nous avons rapidement aménagé les chambres d’hôtes au centre et accueilli 2 familles complètes et d’autres membres du personnel bloqués : 17 personnes supplémentaires ! Alors que la pluie continuait à tomber, nous avons pris un repas communautaire. Tout le monde a mis la main à la pâte en cuisine, et nous avons partagé un bon repas au milieu de l’inondation. Durant la nuit, les pluies se sont calmées, et le lendemain matin, la crue a commencé à baisser. À midi, les routes étaient dégagées et la plupart ont pu rentrer chez eux. Cependant, le pont menant à Ban Sentai a été emporté par les eaux. Notre chef d’équipe et sa famille ont dû rester à la ferme jusqu’à vendredi.

    Mais le travail ne s’est pas arrêté. Nous devions visiter plusieurs villages pour compléter notre enquête de fin de projet. Nous craignions de ne pouvoir compléter ces enquêtes, les villageois étant occupés dans leurs rizières. En fait, avec ces 5 jours de pluie et de boue partout, notre équipe d’enquête est allée de village en village et a pu interroger 260 familles dans 6 villages ! 

    Maintenant, les inondations sont un souvenir. Le pont vers Ban Sentai est réparé, les maisons inondées sont nettoyées et asséchées. Le soleil brille à nouveau dans le village de Kapeu.

    Récit transmis par Dawn Lewis, en charge du projet de développement communautaire dans le village de Kapeu (province de Sékong).

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « L’an prochain à Jérusalem ! »

    Ven 09 avril 2021

    Pendant les célébrations de Pâques, dans le judaïsme, il y a quelques mots qui résonnent très fort pour les Juifs, ceux de : « L’an prochain à Jérusalem ! » Pour Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre sainte magazine, c’est l’un des génies du judaïsme : être une religion sans arrêt en tension.

  • "Subjectif!" épisode 4: Et si la Bible était un vêtement?

    Jeu 01 avril 2021

    Découvrez aujourd'hui le 4ème épisode d'une série de 10 capsules vidéo pour faire réfléchir sur la foi, au travers de questions parfois déroutantes posées à des chrétien·ne·s romand·e·s et au-delà. Des capsules d'une minute environ à partager sans réserve sur tous les réseaux! une coproduction de La FREE, Médias-pro et le DM - Dynamique dans l'échange.

  • Le marin Pierre Tschanz se raconte

    Jeu 25 mars 2021 icon-comments 3

    Connu pour avoir dirigé durant 28 ans l’ONG Portes Ouvertes, Pierre Tschanz a toutefois commencé sa carrière professionnelle comme… marin. Sur plus de 300 pages qu’il vient de publier, il raconte ces années vécues sur l’eau. Le témoignage de cet homme, qui a toujours eu le goût de la liberté chevillé au corps, se veut un hommage « à tous ces marins, souvent ignorés, qui accomplissent leur tâche sous toutes les latitudes, dans une chaleur torride ou dans le froid ». Et a aussi pour objectif d’encourager les personnes à « répondre à leurs appels ».

  • Des tableaux pour expliquer la passion du Christ

    Jeu 25 mars 2021

    Sœur Françoise de la communauté œcuménique des sœurs de Grandchamp, à Areuse (NE), expose actuellement dans l’une des pièces communes du lieu des tableaux qu’elle a peints et qui expriment la passion du Christ. « Au fil des planches, je me suis confrontée à l’injustice, au mépris… pour me sentir enfin encouragée à l’ouverture, et à ancrer plus profondément ma vie dans celle de Jésus », a-t-elle dit jeudi 25 mars face à ses œuvres.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !