«Genre et transsexualité» par Jean-René Moret

Jean-René Moret lundi 19 août 2019

Le 22 juillet, le pasteur Jean-René Moret de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE) a publié cette analyse dans la rubrique « L’invité » de la Tribune de Genève. Une prise de position à découvrir aussi sur lafree.info.

La transsexualité est un phénomène qui gagne de plus en plus en ampleur et en visibilité. Des personnes se sentent mal dans leur peau et ne se reconnaissent pas dans leur sexe biologique (ou « attribué à la naissance », comme le disent certains). Ces personnes vivent un profond malaise, qu’il faut comprendre et accompagner. L’une des solutions proposées est celle du changement de sexe. Par le biais d’hormones et de chirurgie, on leur permet de « devenir » le sexe qu’ils se sentent être au fond d’eux-mêmes. Récemment, et en particulier dans les pays anglo-saxons, il est de plus en plus encouragé de reconnaître tôt la transsexualité. Pour minimiser la souffrance, on veut agir tôt chez des adolescents voire des enfants, en particulier en prescrivant des bloqueurs de puberté qui empêcheront le développement des caractéristiques sexuelles non-souhaitées, tandis que la chirurgie attend généralement l’âge adulte.

Distinction bienvenue entre genre et sexe

Cette approche pose des questions et a des aspects paradoxaux. Les études portant sur le genre nous ont appris à distinguer entre genre et sexe. Il faut distinguer entre le sexe biologique, et les attentes sociales projetées sur l’homme ou la femme. Beaucoup de caractéristiques et de rôles traditionnellement attribués à l’un ou l’autre sexe sont en fait matière de convention, d’organisation de la société, ou alors valent en moyenne mais non pour tous. Une femme n’est pas naturellement destinée à être nécessairement douce, gracile, occupée aux tâches ménagères et au soin des enfants. Un homme n’est pas cantonné à un rôle de macho fort et bourru, et ainsi de suite. Cette compréhension devrait justement pouvoir aider à assouplir l’image que l’on se fait d’un sexe ou l’autre.

Aider à accepter sexe biologique et caractéristiques identitaires

Ne pas se reconnaître dans l’image projetée sur un genre donné ne devrait pas conduire à remettre en cause son sexe. Pourtant, certains discours sur la question donnent presque à penser que parfois une âme masculine s’est égarée dans un corps féminin, ou l’inverse, et que seule la transition rétablira l’harmonie. Comme si l’on revenait quasiment à une ontologie platonicienne, alors que tout le propos était justement de nier que l’âme ou la personnalité soit conditionnée par le sexe. Ou alors, à l’inverse, la transition est justifiée par la liberté de choix : on pourrait choisir librement son sexe. Mais alors, fait-on bien de s’affranchir du donné biologique ? Il est normal de passer par des questionnements voire des malaises identitaires, en particulier autour de la puberté. Mais fait-on bien de proposer de lourds traitements hormonaux et de tailler dans la chair ? Ne ferait-on pas mieux de chercher avant tout à aider à la construction d’une identité qui incorpore le sexe biologique tout en libérant des clichés sur le genre ? Tient-on assez compte du caractère irréversible des traitements, surtout sur des mineurs ? Amour, soutien et acceptation sont essentiels, mais l’on devrait accepter simultanément le sexe biologique et les caractéristiques identitaires personnelles et aider les jeunes gens à le faire.

Jean-René Moret, pasteur dans l’Église évangélique de Cologny

Cet article est paru dans la rubrique « L’invité » de la « Tribune de Genève ».

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

22 janvier

  • «L'implantation d'Eglises» avec Franck Jeanneret (One Talk)
  • «La joie d'aimer Dieu» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

29 janvier

  • «Amar: un immense respect pour Issa » (Ciel ! Mon info)
  • «La croissance exige du temps» avec Camille Kursner (SPPA)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Ven 24 janvier 2020

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangélique, répondent à trois questions.

  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Mar 21 janvier 2020

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

  • « Il m’a donné un nom » est sorti de presse

    Lun 20 janvier 2020

    Le livre de Christine Gallay, dans lequel elle raconte notamment ses années de galère à vivre dans la rue, est publié aux éditions Première Partie. Avant le tourbillon médiatique qui l’attend à Paris, elle confie qu’il s’agit là d’un aboutissement.

  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Lun 06 janvier 2020

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !