Pour une laïcité d'ouverture

Jean-René Moret jeudi 25 août 2022

Durant l'été 2022, deux Eglises évangéliques genevoises ont reçu une interdiction de procéder à des baptêmes dans le lac Léman. Pour le Département de la sécurité, de la population et de la santé (DSPS), le baptême est assimilé à un culte. Et la loi sur la laïcité exige qu'un culte se déroule dans un endroit privé. Ainsi, à Genève, seules les organisation religieuses « admises à avoir des relations avec l'Etat » ont le droit de demander une autorisation d'organiser une manifestation cultuelle sur le domaine public. Et ces deux communautés n'en font pas partie. Jean-René Moret, pasteur dans l’Eglise évangélique (FREE) de Cologny, a réagi à cette affaire dans un Courrier des lecteurs de La Tribune de Genève, paru le samedi 20 août dernier.

Depuis 2’000 ans, l’engagement dans la foi chrétienne a été marqué par le signe du baptême. Ce signe marque le renoncement aux mauvaises actions, le choix de suivre les enseignements de Jésus-Christ et la confiance placée en lui. Dès le temps de Jésus, des croyants ont été baptisés dans des points et cours d’eau naturels. Cette pratique a aussi eu lieu, de longue date, dans le Léman, sans susciter d’esclandre. Mais la possibilité en a récemment été déniée à deux Eglises évangéliques.

Dans leur grande majorité, les Eglises évangéliques baptisent exclusivement des personnes en âge de raison, considérant que l’engagement chrétien ne peut résulter que d’un choix personnel et responsable. Baptiser des adultes est une pratique de toutes les Eglises, la singularité évangélique est de ne pas baptiser de nourrissons.

Pourquoi donc l’interdiction de baptiser au lac ? Et pourquoi est-elle problématique ? La Loi sur la Laïcité de l’Etat avait exclu en principe les manifestations cultuelles sur le domaine public, dont le lac et les cours d’eau font partie, mais avait été dans un premier temps appliquée avec souplesse et grandes déclarations d’ouverture, en accordant les autorisations demandées. Est entré en vigueur récemment un règlement d’application, qui restreint la possibilité de demander autorisation pour une manifestation cultuelle aux seules communautés religieuses qui ont demandé à établir une relation avec l’Etat et signé des engagements spécifiques. En conséquence, toutes les autres communautés religieuses se verront refuser toute autorisation sans autre examen. Or le Tribunal fédéral reconnaît que la tenue de manifestations cultuelles dans le domaine public ressort de la liberté religieuse garantie par la Constitution, et qu’une interdiction de principe est disproportionnée. Il est alors choquant qu’un règlement de l’Etat mette des conditions au fait d’évaluer l’application d’un droit fondamental.

Nous voilà donc dans le cas regrettable, et malheureusement pas nouveau, où la Cité des droits de l’homme empiète sur ces derniers. En cause, une compréhension fautive de la laïcité, qui voudrait cantonner tout vécu religieux dans la sphère privée. La laïcité signifie que l’Etat doit être neutre religieusement. Mais le domaine public est à tous. L'Etat en administre l’usage en accord avec les droits et libertés de chacun, mais il n’est pas engagé par ce qu’il autorise dans le domaine public.

D’autre part, il est demandé aux religieux la maturité d’accepter le blasphème, que leurs croyances soient ridiculisées publiquement. Ne serait-il pas juste d’attendre des incroyants la maturité de supporter que les croyances des autres soient exprimées et visible, même si cela devait déranger ?

Finalement, voulons-nous des libertés fondamentales qui ne s’appliquent qu’à ceux qui ont les « bonnes » (in-)croyances, ou bien un Etat réellement neutre et impartial entre croyants divers et incroyants en tous genres ?

Jean-René Moret, pasteur dans l’Eglise évangélique (FREE) de Cologny

(Cette opinion est parue dans le Courrier des lecteurs de La Tribune de Genève samedi 20 août : www.tdg.ch/la-laicite-et-les-baptemes-au-lac-386811690171).

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !