Les récits de la naissance de Jésus : «Typiques des biographies antiques» selon Henri Blocher

Serge Carrel vendredi 21 décembre 2018 icon-comments 1

Légendes, midrash… Les récits évangéliques de la naissance de Jésus sont considérés par beaucoup comme sans fondements historiques. Henri Blocher, professeur à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine (France), plaide le contraire. Pour lui, ces récits ressortent des « biographies à l’antique » et leur historicité est de mise.

De nombreuses personnes aujourd’hui pensent que les récits de la naissance de Jésus tant chez Matthieu que chez Luc seraient des « midrash », des récits imaginaires que l’on trouve dans le judaïsme. Qu’en pensez-vous ?
Le mot « midrash » ne doit pas être pris comme un mot magique, par lequel on fait passer n’importe quoi. Je crains que parfois on en use de cette façon. Le mot vient de l’hébreu et de la racine « darash » qui signifie chercher, investiguer. Et c’est d’abord un mot pour caractériser l’étude. A partir de ce sens, comme souvent la linguistique l’observe, il y a un élargissement et un décalage. Le mot en est venu à désigner l’étude en général et le commentaire issu de l’étude. Dans le judaïsme se sont développés deux grands types de commentaires : le commentaire plus juridique qui cherche à déterminer avec une certaine rigueur la portée pour la conduite des textes en les comparant, en usant parfois d’arguments qui ne nous semblent pas très solides, par exemple la forme des lettres. D’autre part, il y a un midrash, que l’on a appelé haggadique, qui laisse le champ libre à l’imagination à des fins homilétiques ou d’exhortation…

Concrètement, ce seraient de petites histoires que l’on raconterait et qui viendraient appuyer la pertinence d’une vérité…
Un peu comme des histoires que nous racontons dans les fêtes de Noël. L’hypothèse de certains est que les récits que nous ont conservés Matthieu et Luc ressortiraient à cette catégorie. 

Vous-même, vous inscrivez-vous en faux par rapport à cela ?
Entièrement. Il n’y a aucun indice sérieux qui permette de rattacher ces récits à ce genre du « midrash haggadique », qui est un midrash imaginatif et plutôt populaire. Luc, par exemple, nous avertit dans les premiers versets de son Evangile (1.1-4) de son intention d’être très rigoureux avec les témoignages, de les présenter avec ordre et de façon à ce que l’on puisse être tout à fait sûr des faits qu’ils rapportent. Donc ce serait à l’opposé de son intention qui mérite notre considération…

C’est comme si, immédiatement après avoir annoncé ses intentions d’exactitude, il faisait une sorte de développement sans réalité historique à l’appui…
Oui. En ce qui concerne Matthieu, c’est aussi comme des renseignements de type historique que son récit nous est présenté. L’élément le plus surprenant ne concerne pas le merveilleux, qui finalement est très restreint, mais plutôt l’usage, dans cet épisode de l’enfance de Jésus, de certains textes de l’Ancien Testament que Matthieu cite comme accomplis. C’est là ce qui nous surprend et ne correspond pas du tout à ce genre imaginatif du « midrash haggadique ».

Pour vous, comment faudrait-il qualifier le genre littéraire des récits de la naissance de Jésus ?
Aujourd’hui, il est assez remarquable que les récits évangéliques en général, ceux contenus dans les quatre évangiles canoniques, soient reconnus comme proches du genre biographique. Il fut un temps où cette opinion était fortement méprisée, mais aujourd’hui elle est commune parmi les spécialistes. Bien sûr, il s’agit d’une biographie à l’antique. Il n’y a pas un genre littéraire très stéréotypé ; une certaine liberté rédactionnelle existe, mais il s’agit tout de même foncièrement d’une biographie. A mon sens, Matthieu et Luc ont l’intention de faire connaître ce qui est significatif des circonstances de la venue au monde du Sauveur.

Aujourd’hui, beaucoup de gens sont surpris par le merveilleux véhiculé dans ces récits. Pour vous, tout ce qui se passe avec les anges et l’étoile, peut être historique ?
Dans une biographie à l’antique, il n’y a aucune exclusion a priori de ces éléments que l’on pourrait qualifier de surnaturels. De fait, il n’y a pas grand-chose si on élimine les apparitions d’anges. Si on refuse la possibilité que des anges existent et que Dieu puisse les envoyer et les faire apparaître, alors évidemment on a quelques difficultés… mais là on s’éloigne de toute la Bible. La vision du réel qu’enseigne la Bible n’exclut pas l’existence d’êtres surnaturels, qui ne relèvent pas de notre nature terrestre. En dehors de ces apparitions, qu’y a-t-il ? Il y a des songes, que Dieu utilise encore aujourd’hui comme des moyens de révélation. Ce n’est même pas surnaturel ! Si on ne tient pas compte des apparitions d’anges et que l’on dise que de telles manifestations sont tout à fait ordinaires dans la Bible, alors on n’a pas tellement de merveilleux qui intervienne dans ces récits de Matthieu et de Luc.

Propos recueillis par Serge Carrel

1 réaction

  • ZOUZOU mardi, 25 décembre 2018 19:33

    J'ai lu vos articles avec beaucoup d'intérêt. Je voudrais pouvoir les recevoir désormais

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

27 mai

  • «100 témoins» avec Charles-André Geiser (Ciel! Mon info)
  • «La guérison intérieure» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

  • Comment le coronavirus profite aux djihadistes de Boko Haram en Afrique

    Mer 15 avril 2020

    Il y a six ans, les lycéennes de Chibok au Nigeria étaient enlevées par Boko Haram. Alors que certaines sont toujours détenues, l'ONG Open Doors England souligne mardi 14 avril que le confinement lié au coronavirus profite au groupe djihadiste. Et invite les chrétiens à prier pour ces jeunes victimes. 

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !