En décembre, l’Armée du salut vous ouvre ses « marmites »

dimanche 11 novembre 2018

Cette année 2018, en décembre, la Division romande de l’Armée du salut invite les non-salutistes à participer à ses « actions marmites ». Chrétiens et sympathisants auront la possibilité de revêtir une écharpe rouge, de se joindre aux équipes et d’aller à la rencontre des passants.

Comme chaque année, au mois de décembre, l’Armée du salut installera ses marmites dans les rues de nos villes : collecte pour les personnes démunies, musique, journaux sur le thème de Noël… tout sera comme d’habitude. Ou presque ! En effet, cette année, l’organisation invite les non-salutistes qui le désirent à participer à l’animation des marmites.

« La participation aux marmites de l’Armée du salut a toujours été ouverte aux non-salutistes, explique Melissa Jean-Mairet, secrétaire à la Division romande de l’Armée du salut. Mais cette année, nous désirons donner une nouvelle dynamique à notre action et rafraîchir le concept. Nos marmites constituent une tradition qui peut évoluer. » Cette année, en décembre, l’organisation serait heureuse de pouvoir collaborer avec une vingtaine de personnes non-salutistes. Chrétiennes ou non, celles-ci doivent cependant se reconnaître dans les valeurs de l’Armée du salut.

Activités variées autour des marmites

Les activités autour des marmites sont variées. Certaines personnes chantent, d’autres accompagnent avec leur instrument de musique, d’autres encore assurent une présence auprès des passants. Les participants habillés en civil portent une simple écharpe rouge. « En plus d’ajouter des chants plus modernes à notre répertoire de chants traditionnels, nous désirons ouvrir nos prestations à des sketchs et à de petits spectacles de danse », précise Melissa Jean-Mairet.

Durant le mois de décembre, l’Armée du salut a programmé une vingtaine de « marmites » à Genève, Lausanne, Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, Tramelan, Morat et Payerne. Chacun peut s’y engager selon ses disponibilités. Il suffit de prendre contact avec la division romande de l’Armée du salut.

Claude-Alain Baehler

Pour tout contact : Division romande de l’Armée du salut, avenue Haldimand 59, 1400 Yverdon-les-Bains, tél. 024 425 25 11, courriel : qgd_romand@armeedusalut.ch. Site de la branche romande de l'Armée du salut. Armée du salut en Suisse.

  • Encadré 1:

    Une histoire de marmites

    En 1891, Joseph McFee, capitaine de l’Armée du salut à San Francisco, a décidé d’aider les plus démunis, surtout à l’occasion de Noël. Afin de récolter l’argent nécessaire, il a repris une tradition pratiquée à Liverpool, en Angleterre : un grand chaudron placé sur le quai, à l’arrivée des bateaux, dans lequel les passagers versaient de l’argent destiné aux pauvres.

    Ainsi, Joseph McFee a suspendu un chaudron à un trépied, près du quai d’embarquement d’un ferry boat de San Francisco, et a encouragé les passants à « faire bouillir la marmite ». Il a récolté assez d’argent pour préparer un repas de Noël pour les plus pauvres de la ville.

    Dans les années qui ont suivi, la tradition des « marmites » s’est répandue. Elle est apparue en Suisse aux alentours de 1900. Aujourd’hui encore, l’argent récolté sert à soutenir le travail social de l’Armée du salut.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !