Empreinte à Vevey : le centre de thérapie rayonne au-delà des Eglises

vendredi 07 octobre 2016

Lucia Simkins anime le Centre Empreinte de thérapie, de relation d’aide, d’écoute et de prière à Vevey. Histoire d’une vocation encouragée par une Eglise.

D’origine italienne, mariée et mère de deux filles, Lucia Simkins est arrivée en Suisse il y a 27 ans pour y étudier la théologie à l’Institut Emmaüs. C’est en Suisse qu’elle a rencontré celui qui allait devenir son mari.

Lucia Simkins a également étudié la pédagogie et la psychologie. Elle a enseigné durant 12 ans dans plusieurs écoles du canton de Vaud. Elle a aussi été engagée dans l’évangélisation avec Opération mobilisation et la Ligue pour la lecture de la Bible.

Depuis 2014, Lucia Simkins anime le Centre Empreinte de thérapie, de relation d’aide, d’écoute et de prière en compagnie de sept autres bénévoles. Celui-ci accueille des enfants et des adultes. Il propose à la fois des accompagnements et des formations.

Comment en êtes-vous arrivée à la relation d’aide ?

Tout a commencé avec l’accueil temporaire d’un adolescent dans notre foyer. Afin d’être mieux outillés, mon mari et moi avons décidé d’entreprendre une formation en relation d’aide avec Jacques Poujol et Bernard Bally.

Je faisais déjà partie de l’Eglise évangélique La Passerelle (FREE) à Vevey. Le pasteur de l’époque, Jean-Marc Houriet, m’a encouragée à pratiquer la relation d’aide dans le cadre de la communauté. J’ai constaté qu’il y avait un vrai besoin. J’ai donc décidé de compléter ma formation, notamment avec de la théologie pratique et de la musicothérapie.

Quel rôle votre Eglise a-t-elle joué dans le développement de votre ministère ?

D’abord, mon Eglise m’a reconnue dans ce ministère. Pendant dix ans, c’est dans ce cadre que j’ai pratiqué. Puis, encouragée par Jean-Blaise Roulet, notre pasteur, j’ai ouvert un centre en 2014.

Je suis agréée par l’Association des conseillers chrétiens (ACC). Cela offre des garanties aux personnes qui font appel à nos services. Je travaille en réseau avec des psychologues, des psychiatres et des médecins chrétiens. Nous organisons aussi des formations destinées aux couples, aux familles, aux adolescents et aux personnes désireuses de se former en relation d’aide.

Qui fait appel à vos services ?

D’abord, nous sommes au service de l’Eglise évangélique La Passerelle et des différentes communautés de la région. Nous voyons passer 20 à 30 personnes par mois, chrétiennes ou non, sans compter les enfants et les urgences.

Le centre est situé dans un quartier populaire et cosmopolite. Nous recevons donc des personnes étrangères. Nous animons également des ateliers d’expression créative ouverts aux enfants du quartier.

Maman d’un enfant malade chronique, j’ai régulièrement fréquenté l’hôpital du Samaritain, à Vevey. Ces circonstances ont suscité un climat de confiance. Conséquences : les médecins recommandent le Centre Empreinte à des personnes éprouvées.

De quoi les chrétiens souffrent-ils ?

Les chrétiens ont les mêmes problèmes que les non-chrétiens. Ils souffrent de solitude, même en couple ou en famille, de divorces qui sont un fléau, des avortements gardés secrets, de l’adultère, de l’addiction à la pornographie, de l’homosexualité, de deuils prématurés. Les plus jeunes sont préoccupés par la masturbation. Les chrétiens pensent qu’ils ne devraient pas avoir de telles difficultés et ont peur d’être jugés.

Quelles sont les spécificités du développement personnel « chrétien » ?

Le développement personnel « chrétien » prend en compte des réalités spirituelles particulières telles que les silences de Dieu, la question du pardon (« J’ai pardonné, mais je ne vais pas mieux ! »), les sentiments (colère refoulée, différentes sortes de colère), la capacité à être soi-même, la différence entre « comprendre » et « connaître » Dieu, l’identité spirituelle, les limites, le respect, la bienveillance.

Propos recueillis par Claude-Alain Baehler

Centre Empreinte de thérapie, de relation d’aide, d’écoute et de prière, avenue de Gilamont 34, 1800 Vevey. Courriel : info@empreinte-vevey.ch. Tél. 079 521 62 09. Le site (ouverture prochaine).

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !