Nouveau centre pour migrants à Berne sous la bannière de l’Armée du Salut

mercredi 16 septembre 2015

Les Eglises sont appelées à s’engager plus fortement en faveur des migrants. Dans le canton de Berne, l’Armée du Salut qui gère déjà de nombreux centres d’accueil en ouvre un nouveau cette fin de semaine.

[audio]http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/rtsreligion/7068834-nouveau-centre-pour-migrants-a-berne-sous-la-banniere-de-l-armee-du-salut.html

Pour faire face aux nouvelles arrivées et dans un climat qui se tend, l’Armée du salut ouvre son treizième centre d’accueil pour migrants dans le canton de Berne, dans l’ancienne caserne des pompiers de la ville fédérale. Elle gère ainsi près de la moitié des centres du canton qui en compte une trentaine au total. Ce mouvement international évangélique s’occupe aussi d’environ 1200 migrants qui logent dans des appartements. Au total, il suit donc dans ce canton quelque 2500 personnes déracinées, originaires de plus de 50 pays différents.

Mobilisation conséquente

Accompagner les personnes en détresse est dans l’ADN de cette organisation chrétienne qui en parle d’ailleurs comme de sa mission centrale. Les marginaux, les plus précarisés – comme par exemple les Roms aussi – sont au centre de son action. Il n’empêche que sa mobilisation envers les migrants dans le canton de Berne est pour le moins conséquente. Pour Daniel Oester du service de communication de l’Armée du salut, cet engagement remonte à 1982, quand le service social de la ville de Berne a expressément demandé à l’Armée du salut d’accueillir des ressortissants sri-lankais, puis ceux des Balkans.

Comme si on s’occupait du Christ…

Dans les faits, que ce soit l’Armée du Salut ou un autre organe privé qui s’occupe de la gestion de ces centres d’accueil ne change pas grand-chose. Le contrat et les directives sont les mêmes. Outre le respect de ces dernières, reste l’« esprit » dans lequel travaille l’Armée du salut. Avec ce souci d’apporter assistance à la personne dans le besoin comme si – et c’est ce qu’on peut lire dans ce qui sert de charte à l’organisation – on s’occupait du Christ lui-même.

La version orale de cette chronique diffusée sur RTS La Première est disponible sur le site de RTS Religion.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

25 novembre

  • «Dieu dans mes épreuves» avec Marjorie Waefler (One’Talk)
  • «Besoin d'amour» avec Gilles Geiser (Vitamine B)

2 décembre

  • «Une terre à nouveau fertile» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Entreprendre le changement» avec Damien Boyer (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Je n’aime ni le bonheur qui se vend, ni le 'hold-up' de la joie. La liberté, par contre, j’y crois ! »

    Ven 27 novembre 2020

    Quatre dimanches de l’Avent… et quatre personnes qui prennent la plume pour apporter une réflexion autour d’un mot qu’ils ont choisi. Ce dimanche 29 décembre, Robin Reeve, 56 ans, professeur à la HET-PRO, nous parle de LIBERTÉ. « Car Jésus est venu nous libérer de nos enfermements. »

  • Danser les lettres hébraïques comme une prière

    Lun 16 novembre 2020

    Gestuelle méditative basée sur les lettres hébraïques, la Téhima est enseignée à Renens (VD). Dans cette discipline chorégraphique, le corps se meut telle la plume d’un calligraphe. « Et l’on se trouve à la source du Verbe », explique Marc-Alain Ouaknin, philosophe, écrivain et rabbin français, dimanche 15 novembre, au micro de Gabrielle Desarzens dans l’émission Hautes Fréquences.

  • De multiples paroisses responsables

    Lun 02 novembre 2020

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Lun 26 octobre 2020

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !