Timothy Cho : de l’enfer nord-coréen à la liberté

jeudi 15 septembre 2022

« J’étais un nobody dans un pays assimilable à une immense prison ». Timothy Cho, 34 ans, a réussi à s’évader de Corée du Nord, a entendu parler du Dieu des chrétiens au fil de ses évasions, et vit depuis 14 ans en Grande Bretagne. Il sera l’un des invités remarqués de la Journée annuelle de Portes Ouvertes Suisse samedi 24 septembre à Yverdon-les-Bains.

Il habite Manchester, a les yeux rieurs derrière les verres de ses lunettes et raconte volontiers son histoire. « Vous savez, plus d’un million de personnes ont tenté de quitter la Corée du Nord depuis les années 1990 et notamment ces 20 dernières années, explique-t-il d’emblée. Mais peu y sont parvenus, pas même le 10% d’entre eux. La plupart ont été arrêtés par les autorités chinoises et renvoyées à Pyongyang. Ils y ont atterri dans des camps de prisonniers. Ou ont été exécutés. Plusieurs sont en ce moment même incarcérés. » Timothy cite des raisons politiques, religieuses et de violations des droits humains qui poussent les Nord-coréens à quitter leur pays, qu’il qualifie sans ambages de prison « la plus sombre et la plus grande au monde ».

Obscurité

Il indique avoir essayé par deux fois de s’échapper de son pays et avoir fréquenté par quatre fois des milieux carcéraux. Puis il souligne avoir rapidement découvert combien le régime de Pyongyang est un régime de propagande qui opère un véritable lavage de cerveau chez ses citoyens. « La première fois que j’ai vu un marché en Chine, j’ai été choqué de voir la nourriture proposée, la diversité des habits, les lumières… J’ai vraiment réalisé combien la Corée du Nord baignait dans l’obscurité, où les gens n’ont d’ailleurs ni internet, ni téléphone portable. »

Classifié « personne hostile »

Timothy n’était pas un chrétien en Corée du Nord. « De toutes façons, tu ne peux pas t’identifier comme chrétien ! Le régime est très opposé au christianisme. La religion est déclarée opium du peuple, selon les mots de Karl Marx. Et le christianisme est assimilé aux Etats-Unis qui est l’ennemi. Le dieu en Corée du Nord est Kim Jong-un et sa famille. Plusieurs statues et images à son effigie sont d’ailleurs présentes partout dans le pays. Et dans ta maison, comme dans les écoles, les photos qui le représentent lui et ses proches doivent être propres, sinon on peut être inquiété. » Et le trentenaire d’expliquer que le régime communisme classifie aussi sa population par catégories. La plus basse d’entre elles est dénommée « hostile ». On y trouve les personnes qui ont des proches à l’extérieur du pays ou qui ont commis un crime. « Quand mon père a fui le pays, j’ai été qualifié de personne « hostile », ce qui a eu des répercussions sur les aliments auxquels je pouvais avoir accès, mon éducation, mes possibilités d’avenir. On est alors traité de racaille. »

Rencontres avec le Dieu des chrétiens

Mais Timothy a rencontré Dieu pendant ses tentatives d’évasion. « La première fois, j’ai d’abord été mis en contact avec un missionnaire chrétien en Chine qui avait une Bible dans sa maison. Mais je l’ai vu comme un trafiquant d’êtres humains parce que j’avais alors des idées très anti-chrétiennes. J’ai fui cet homme alors qu’il aurait pu m’aider. J’ai essayé de passer la frontière avec la Mongolie où j’ai été arrêté et renvoyé dans mon pays d’origine. » Survient alors la première case prison. « On y vit, on y voit, on y entend des choses atroces. Il n’y a pas assez d’espace pour tous les détenus, on dort sur le dos d’un autre, on ne se regarde jamais dans les yeux. Une nuit, l’homme qui dormait sur mon dos est mort, probablement suite à des tortures. Il n’y avait pas d’humanité là-dedans. Mais par la grâce de Dieu, j’ai été renvoyé dans la maison de ma grand-mère… d’où j’ai essayé à nouveau de quitter la Corée du Nord. Lors de cette deuxième tentative, j’ai été mis en détention par la police chinoise à Shangaï »

« Je ne savais pas prier »

Timothy égrène ses souvenirs avec émotion. Il explique avoir alors rencontré dans sa cellule un gangster sud-coréen qui lisait la Bible. « Il m’a conseillé de la lire à mon tour et de prier Dieu. Je ne savais pas prier. Il m’a ainsi juste dit de prononcer amen à la fin des souhaits que je pouvais exprimer. J’ai alors répété : « Je ne veux pas rentrer en Corée du Nord, amen, je ne veux pas être tué, amen. » Des mots simples. Puis j’ai dit à Dieu de me libérer s’il voulait que je croie en Lui. Comme nous avions cherché refuge avec d’autres Nord-Coréens à Shangaï dans une école américaine, des étudiants ont alerté l’opinion publique et les médias occidentaux. Pendant que je priais, notre libération se discutait ainsi par pression médiatique… » 

» J’étais un nobody, mais, comment dire ? La prière m‘a donné de la force, de l’espoir. Elle m’a sauvé la vie. »

Gabrielle Desarzens

Programme de la Journée annuelle de Portes Ouverts suisse ici

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !