Le Christ s’est arrêté au Mormont

vendredi 18 décembre 2020

La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

 

Face aux palettes en bois qui marquent l’entrée de la ZAD, c’est d’abord la boue qui capte le regard. Et qui rend le pied pourtant bien chaussé hésitant. La première cahute du lieu est réhaussée d’une grande pancarte colorée avec le mot « Accueil ». Des yourtes et quelques tentes plantées dans la neige donnent ensuite le ton des conditions rudes que les militants du Mormont vivent au quotidien. « Vous voulez un café ? » Les premiers mots de ce zadiste font du bien : il fait froid. Ce mardi de décembre, le pasteur Luc Badoux et la diacre Lyne Gasser ont fait le chemin jusque-là pour saluer et prendre des nouvelles. Ils empruntent un petit chemin fait de planches et retrouvent des têtes connues près de la bâtisse en dur quelques dizaines de mètres plus loin. Deux chiens enfoncent leurs pattes dans la gadoue. « C’est une vraie vie communautaire, ici, commente celui qui demande à être appelé Esteban. On fait à manger dans d’énormes poêles, sur de très grands réchauds. » Devant la cuisine en bar et en guise de mesure de précaution anti-COVID, des casiers séparent la vaisselle de chacun.

Le pot de terre contre le pot de fer

A ses côtés, une jeune femme dit s’appeler Sumatrana être là avant tout pour défendre le lieu. La notion environnementale, sa faune et sa flore, reviennent d’ailleurs en boucles dans la bouche de plusieurs de ces jeunes. Qui indiquent aussi vivre là des valeurs « d’égalité, d’horizontalité, de partage, de bienveillance ». Le soir même, un atelier de communication non violente se tiendra sur le site, déclarent-ils. Et puis il y a une visite improbable : un couple de promeneurs d’une soixantaine d’années, elle avec des cannes, avance tout doucement en direction du groupe. Il explique être venu tout exprès de Lausanne d’abord pour leur amener du bois. « Et puis pour les remercier de faire ça. Parce que ce serait sinon des zones sacrifiées à l’industrie, au profit. » Après l’homme, la femme ajoute : « C’est un peu le pot de terre contre le pot de fer. Alors si on peut faire en sorte que l’argile se durcisse et puisse lutter de façon plus équitable, ce serait tout aussi bien, je trouve. »

Linge propre, douche et prière

Deuxième lieu de visite de la journée : la cuisine de Lyne, la diacre, à La Sarraz. Ou plutôt d’abord sa buanderie, où machine à laver le linge et séchoir tournent à fond : Esteban est là. Il explique : « Complètement par hasard, j’ai rencontré Lyne dans un café, où elle m’a invité ensuite à manger chez elle. Et ça a débouché sur une douche de temps en temps et sur du linge propre ! Une aide dont d’autres que moi bénéficient également. »  Cette femme engagée dans les milieux de l’asile parle de l’accueil comme d’une valeur qui lui tient particulièrement à cœur. « Cela me rejoint par rapport à une parole du Christ qui dit `Accueillez-vous les uns les autres` ». La conversation sur le spirituel a toutefois surpris Esteban. « Mais en fait, cela tombe pile poil à un moment où je me pose beaucoup de questions. Et nos partages ont bien assaini mon rapport à l’Eglise. J’ai vécu cela comme une porte ouverte sur une foi vécue, incarnée, comme la prière avant le repas. » Les deux se regardent. Puis Lyne d’ajouter avoir été touchée par ces moments de prière qu’ils ont partagés. « Moi, ce qui m’a beaucoup touchée, c’est qu’après avoir prié avec toi, tu m’as demandé si tu pouvais aussi le faire. C’était la première fois que j’ai vu une personne en recherche de Dieu oser prier ainsi à haute voix. » Esteban sourit. « C’était un moment fort. Complètement. Prier Dieu, c’était comme parler à un ami. » A-t-il depuis répété l’exercice ? « Dans la dynamique de la ZAD, ce n’est pas ce qui se passe, élude-t-il. Mais on est très généreux les uns envers les autres. Et puis on s’écoute et on fait attention à nos différences. »

Noël à la ZAD ?

A quelques jours du 25 décembre, la diacre confie encore avoir proposé avec Luc Badoux de vivre un Noël avec ceux de la ZAD qui le désiraient. « On ne sait pas encore sous quelle forme ni où exactement. Parce que l’Eglise n’est pas cantonnée à un bâtiment. Elle va bien au-delà. Et parce que Noël, ce n’est pas qu’une fête avec sapin et Père Noël. Il y a un autre sens profond que chacun est invité à découvrir. »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Luc Badoux a le souci d’être le pasteur de tous. C’est ainsi qu’il est venu à la rencontre des zadistes qui se sont installés sur le territoire de sa paroisse, même s’il ne partage pas leur position ou leur combat.

    Luc Badoux, qu’est-ce qui vous plaît, à la ZAD ?

    • Ce qui me plaît, c’est d’avoir pu aller à la rencontre des gens. Et moi qui cherche à m’inspirer de la vie de Jésus, je le vois faire le même mouvement. Ce qui me frappe, c’est l’intensité de la vie communautaire des zadistes. Et je reconnais qu’ils ont le courage de sortir de leur zone de confort : il fait froid, on est dans la boue… mais ils vivent quelque chose de qualité. Comme chrétien, je vois Jésus qui viendrait un bout à la ZAD, qui viendrait à Eclépens… j’espère qu’il viendrait au culte ! (Il rit)

    Ce que vivent les zadistes vous inspire-t-il dans votre foi ?

    • Oui, dans le sens qu’ils sont prêts à faire des concessions pour vivre ce en quoi ils croient. Et ça, c’est beau ! Dans nos paroisses bien établies, on a sans doute besoin de trouver une intensité de partage similaire, mais ce n’est pas facile, car notre vivre-ensemble s’inscrit dans la longue durée. Cela dit, je me réjouis des contacts qu’on a eus avec ces jeunes du Mormont, que certains soient venus au culte ou à des moments d’échange que j’ai institués avec la paroisse.

    Que sont-ils venus chercher dans l’Eglise, selon vous ?

    • Un peu quelque chose de Dieu, avec une belle ouverture. Ils sont venus chercher ce qu’on peut comprendre et dire de Dieu dans la foi chrétienne, vivre un échange. Et ces moments ont été très riches avec les paroissiens présents. Maintenant, je pense qu’ils n’ont pas le monopole de l’écologie et du bien. J’ai une exigence de non-violence absolue, d’aucun sabotage, ce qui me semble des préalables indispensables à un dialogue fructueux et un enrichissement mutuel. Il faut à mon sens respecter l’Etat de droit, fondement de la vie en société.

    G.D.

Publicité
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

LAFREE.INFO

  • Transgenres à l’église : le nouveau défi

    Mer 26 janvier 2022

    Si en Allemagne, plus de 100 prêtres et employés de l’Eglise catholique ont fait collectivement leur coming-out lundi 24 janvier, la question trans s’invite aussi dans l’Eglise en Suisse. Tout récemment, le Réseau évangélique genevois a demandé à une théologienne mennonite de venir en parler aux pasteurs et paroissiens du bout du lac Léman. Philippe Henchoz et Silvain Dupertuis de l’église évangélique (FREE) de Meyrin disent pourquoi dans l’émission Hautes Fréquences de RTS La Première ce dimanche 30 janvier.

  • « Un chrétien sur sept est aujourd’hui persécuté dans le monde »

    Mar 18 janvier 2022

    A l’instar de l’islamophobie, peut-on parler de christianophobie ? Un chrétien sur 7 risque aujourd’hui sa vie à cause de sa foi. Selon Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse, le nombre de chrétiens persécutés dans le monde est de 360 millions et n’a jamais été aussi élevé.  

  • Saint-Loup se mue en village thérapeutique

    Ven 14 janvier 2022

    La Communauté des diaconesses a reçu la vision de s’élargir à des familles, couples et célibataires. Elle a demandé à Philippe Bottemanne de l’église FREE de Châble-Croix d’en être le nouveau pasteur et d’accompagner ce projet. La vocation de Saint-Loup qui est d’accueillir les personnes en souffrance demeure et sera même renforcée grâce à la création d’un village thérapeutique.

  • Rejoignez le catéchisme pour adultes du FREE COLLEGE pour les 11 dernières soirées !

    Jeu 06 janvier 2022

    En septembre dernier, le FREE COLLEGE lançait sur une année une formation de base par ZOOM ouverte à tous pour découvrir la foi chrétienne. Construite à partir du livre édité par Alain Nisus « Pour une foi réfléchie. Théologie pour tous », cette formation est actuellement à mi-parcours. Il est possible de la rejoindre dès le 12 janvier, un mercredi sur deux jusqu’au 15 juin.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !