De la rue à l’identité retrouvée

mardi 26 février 2019

Elle l’a écrite en quatre semaines et vient de recevoir le feu vert de son éditeur parisien : la vie de Christine Gallay sera publiée cet automne. Elle y met en avant le rejet vécu enfant et l’identité qu’elle a retrouvée en Dieu.

C’est chez elle, dans un quartier de maisons aux murs orange, autour d’une tarte et d’un café que Christine parle. Un peu. Derrière sa frange, elle confie d’abord à demi-mots des bribes de son histoire. Celle de la rue, où elle a vécu de l’âge de 16 à 18 ans. Où il n’y a pas d’espérance. Que violence et souffrance. Avec de la pudeur dans le regard, elle se lève, va chercher le manuscrit de sa biographie, bien rangé dans une fourre noire A4, bientôt publié aux éditions Première Partie à Paris, et exprime d’un seul jet, pleine d’émotion : « Ma trajectoire de vie, j’aimerais qu’elle puisse être utile à d’autres. Par ces pages, je veux dire que les personnes qui vivent dans la rue peuvent s’en sortir. J’aimerais qu’elles comprennent qu’il leur faut oser chercher de l’aide. » Elle feuillette les pages, lis quelques mots de son introduction : « Quelle que soit ton existence, quelles que soient les difficultés auxquelles tu fais face, une lueur brille dans l’obscurité. (Elle pleure). J’en suis certaine : aucun tunnel ne reste sans issue, aucun gouffre sans débouché ».

Des années de larmes

Derrière ses lunettes, Christine plisse les yeux, les essuie de sa main et les fixe dans ceux de son interlocutrice : « Oui, c’est ça que je veux dire aux gens de la rue : tu n’es pas oublié ! Et puis, j’aimerais jeter un pont entre deux mondes. Parce que je souhaite aussi encourager les lecteurs qui découvriront un univers qui leur est inconnu à s’ouvrir au toxicomane ou au clochard qui se trouve au coin de leur rue. Qu’ils osent un geste, un regard. »

Sans vouloir déflorer le livre à paraître, cette femme, 57 ans, aujourd’hui mère de trois jeunes adultes et mariée à Marc, pasteur de l’église évangélique de Lonay (FREE), partage ce qu’elle a vécu enfant, adolescente puis jeune adulte en montrant un tableau qu’elle a peint : une personne ramassée sur elle-même, à terre, dans des tons brun rouille. « J’ai exprimé dans cette toile le rejet que j’ai vécu. L’abandon aussi. Des années de larmes. »

« Dieu sait faire exister quelqu’un »

D’une fratrie de 6, Christine évoque ce passé qu’elle a dû revisiter pour en guérir. « Ce qu’on vit, enfant, reste bien marqué dans son ADN, jusqu’à ce qu’on ouvre la porte à cette période où se cachent parfois de grandes souffrances », commente-t-elle. Puis elle dit aussi la drogue consommée et dont elle parle aujourd’hui comme d’une fuite. Et, tout d’un coup, nomme Dieu : « J’avais vu la destruction, l’enfer, je connaissais la puissance du mal. Et là, Dieu m’a rejointe. Et j’ai eu une foi totale en lui ! »

Et cette femme étonnante de parler alors de ce Dieu en termes clairs, directs : « Dieu voit les gens. Il sait faire exister quelqu’un. Le mettre en valeur. Lui rendre son identité. Je l’ai vécu. Je vis maintenant une relation avec Lui, et c’est ça que je veux transmettre ! »

Gabrielle Desarzens

 

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : je crois que dans nos vies, nous avons le potentiel de choisir et d’aller de l’avant. Je crois que, comme dans un tableau, le noir et la souffrance mettent la lumière en évidence.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que le monde est bisounours...

    Ce que je ne crois plus : je ne crois plus que les autres m’apporteront ce dont j’ai besoin. J’ai fait le deuil de l’attente des autres.

     

     

Publicité
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !