La résurrection selon Ernst Sieber, pasteur de rue à Zurich

vendredi 26 août 2005
C’est un peu l’abbé Pierre des Suisses alémaniques. Il sera l'invité des rencontres Eglises en mission le 3 septembre à Aubonne. A 78 ans, le pasteur Ernst Sieber sillonne toujours le monde des laissés-pour-compte de l’agglomération zurichoise. Que ce soit parmi les sans-abri ou les toxicomanes, il propose son aide et un accompagnement spirituel centré sur le thème de la résurrection. Et les jeunes à la dérive en redemandent. Aujourd’hui 14 oeuvres sociales constituent la Fondation Ernst Sieber. Une fondation que le pasteur ne pilote plus et qui retrouve des couleurs après des difficultés financières importantes l’automne dernier. Rencontre avec un homme qui a inscrit la résurrection au coeur de ses convictions, qui peint et qui a été conseiller national (1991-1995).

« La résurrection soutient le travail de « Sune Egge ». C’est le fondement de tout ce que nous entreprenons ici pour les malades du sida ». Le pasteur des toxicomanes zurichois, Ernst Sieber, cherche dans un immense trousseau de clés au bout d’une longue sangle orange un sésame. Celui qui lui permettra d’accéder à l’une des nombreuses oeuvres sociales qu’il a fondées dans l’agglomération zurichoise. Nous sommes en plein Kreis 5, à quelques encablures de la gare principale, non loin du Platzspitz et du Letten, les deux scènes ouvertes de la drogue à Zurich dans les années 90. A 78 ans, Ernst Sieber est toujours alerte. Cette personnalité atypique du protestantisme suisse alémanique franchit une première porte et salue le gardien qui lui permet d’entrer dans la clinique elle-même.

Une croix, un billet et Janine

« Voilà 16 ans que nous avons reçu d’une famille zurichoise, cette belle demeure, explique Ernst Sieber. Aujourd’hui, elle accueille entre 20 et 30 personnes, pour la plupart des malades du sida. Au 3e étage, les plus atteints par le virus et au 2e des malades de la scène des sans-abri zurichois. » Une cinquantaine de toxicomanes viennent aussi chaque jour chercher leur dose de méthadone, dans cette clinique qui dispose du personnel médical suffisant pour faire face à un tel accompagnement. Au premier étage, dans la cafétéria de l’institution, un petit panneau d’affichage informe les malades de la vie de la clinique. Sur la partie du haut, une maxime attribuée à un chrétien indien affirme: « La foi, c’est comme un oiseau qui chante quand la nuit est encore sombre ». Aujourd’hui un petit billet porte un prénom féminin. Il est punaisé sur une croix. « Janine nous a quittés voilà deux jours, explique le pasteur-aumônier. Quand un patient meurt, tout le monde partage la tristesse de ce départ. Mais dans le même temps, parmi ces malades, il y a beaucoup d’énergie pour croire que tout ne s’arrête pas avec la tombe... »

Expérimenter la résurrection aujourd’hui

A côté de ses activités d’aumônerie dans les diverses institutions qui portent son nom, Ernst Sieber fréquente plusieurs fois par semaine la clinique « Sune-Egge ». Il y visite les malades, tout en animant des rencontres de discussion autour de thèmes qui touchent à la vie des sidéens et à leur spiritualité. Le pasteur des toxicos zurichois aime rappeler que la résurrection de Jésus Christ n’est pas qu’une réalité historique ancienne, ni un thème qui touche aux confins de l’existence. « Il est possible d’expérimenter la résurrection aujourd’hui déjà, en confiant sa vie aux mains du « bon Dieu », affirme-t-il dans son français au fort accent suisse alémanique. Pour le pasteur zurichois, le fait de vivre son quotidien en présence de Dieu ouvre déjà sur l’éternité, sur la vie après la mort. En paraphrasant une parole tirée de la Bible, il ajoute : « Que nous vivions ou que nous mourrions, nous sommes entre les mains de Jésus... A tous ceux qui viennent terminer leur vie ici, c’est très important de transmettre cette vérité chrétienne fondamentale, parce qu’aujourd’hui déjà, avec cette conviction, je peux jeter un autre regard sur ma propre mort ».

Penser à partir du soleil

Pour Ernst Sieber, rester centré sur les départs qui se succèdent à un rythme soutenu dans cette sorte de « mouroir », c’est se laisser gagner par la spirale du désespoir. « Ce qu’il faut, aime-t-il dire, c’est non pas réfléchir à partir de soi et de sa détresse, mais à partir du soleil, le symbole de la résurrection de Jésus. » Tous les matins, le fondateur de Sune-Egge (Coin de soleil) souhaite accomplir les mêmes gestes que sa mère qui, quand il était enfant, ouvrait les volets de sa chambre pour faire entrer la lumière. « Pour que notre vie échappe au désespoir du non-sens de la mort, il faut commencer à penser à partir de Jésus et de sa résurrection. Réorienter ses propres pensées permet alors de faire entrer la lumière et la paix dans notre vie. » En ce printemps 2005, le pasteur Sieber vit un peu une résurrection. L’automne dernier, les oeuvres sociales qui portent son nom connaissaient des difficultés financières importantes. Plus de 2 millions de francs manquaient à l’appel et pouvaient conduire à la faillite. Ce printemps, grâce à des restructurations internes et à la générosité de nombreux donateurs, la situation s’est améliorée. Et de nombreuses dettes importantes ont pu être honorées. « Mes activités en faveur des pauvres ne sont pas différentes du quotidien de M. ou Mme Tout-le-monde, explique-t-il. On passe aussi par des tourmentes, mais ce qui est le plus important, c’est quand malgré tout on continue. »

Serge Carrel

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !