Hongrie : le christianisme de façade à l’index

mardi 03 septembre 2019

Des églises rénovées et une rhétorique gouvernementale conservatrice qui s’appuie sur le christianisme : autant de paravents qui cachent en Hongrie une polarisation de la société avec un nombre croissant de sans-abri. Dans ce pays européen où le populisme bat son plein, reportage auprès de figures de résistance.

 

Les inégalités se creusent en Hongrie. Et le phénomène saute aux yeux. De nombreux sans-abri dorment dans les parcs de la capitale, où le regard s’arrête aussi sur ces deux femmes, la soixantaine, l’air fatigué, qui balaient la rue devant la terrasse d’un café : « C’est pour toucher l’entier de leur chômage, ou pour compléter leur retraite qui est très faible, puisqu’elle oscille entre 150 et 300 euros par mois », m’explique-t-on. Nous sommes dans le 8è arrondissement de la capitale qui compte un fort taux de tsiganes (ils représentent 10% de la population hongroise ndlr), une population qui reste parmi les plus pauvres et les plus discriminées. Le 19 août dernier, la Hongrie a célébré le 30è anniversaire du démantèlement du rideau de fer. Mais Viktor Orban en a dressé de nouveaux, d’abord tangibles avec barbelés le long de la frontière sud avec la Serbie pour repousser les migrants ; mais aussi des murs à l’intérieur de la population où ils sont toujours plus nombreux à avoir du mal à nouer les deux bouts. Si les Eglises appuient apparemment le pouvoir en place, des figures de résistance en émergent et font entendre leur voix dans leur communauté locale avec un tout petit cercle de fidèles autour d’elles. Car il est difficile de se faire entendre loin à la ronde dans un pays où le Premier ministre et ses proches ont repris en mains la télévision publique, mais aussi près de 80% du paysage médiatique.

« Il faut se battre »

Capture décran 2019 09 03 à 13.53.43Marta Bolba, pasteure luthérienne, habite dans un lotissement communautaire, qui accueille les laissés pour compte de la société : des personnes âgées, des malades psychiques, des migrants, des tsiganes. Elle déclare dans un demi-sourire être considérée dans son pays comme « un ennemi de l’Etat », même si le premier ministre Viktor Orban exalte l’identité chrétienne comme socle de la nation. « Le christianisme, c’est facile de l’utiliser », déclare-t-elle, le plus jeune de ses trois enfants sur les hanches. Elle a tenté, sans succès, de se faire élire dans son arrondissement. Deux rues plus loin, Gábor Iványi, pasteur méthodiste, est une autre figure emblématique de l’opposition à la politique gouvernementale. Il s’affiche à la tête d’un lieu similaire dédié aux plus pauvres, avec dispensaire médical, dortoir d’urgence, cafeteria et maternelle pour les enfants des sans-abri. Dans la file d’attente, à l’entrée, un homme indique venir ici pour bénéficier de soins médicaux alors qu’il souffre d’un genou. Capture décran 2019 09 03 à 13.54.20Une femme, la peau claire, fait la queue pour de la nourriture : « Je dors dehors, et c’est difficile, oui, parce nous sommes très nombreux et qu’il faut se battre », dit-elle.  Au coin de la rue, un crucifix haut de deux mètres environ est orné de fleurs. Et les églises les plus proches, rénovées,  ont très belle allure.

Une « dictature molle »

Capture décran 2019 09 03 à 13.52.58La barbe rayonnante, le pasteur Iványi pose calmement ses griefs tout en buvant un café : « Les éléments qui sortent du discours de Viktor Orban, notamment contre les sans-abri et les migrants, ce sont des choses qui n’ont strictement rien à voir avec les valeurs chrétiennes. Il y a dans le monde entier plusieurs dirigeants autoritaires qui utilisent le mot « chrétien » pour justifier leur action. En Pologne aussi la chrétienté est utilisée comme paravent par le pouvoir politique. Pourquoi ? Souvent pour des raisons électorales. » Notre pasteur, connu et cité parfois comme la bête noire du premier ministre, a parlé du gouvernement hongrois comme d’une dictature. Exagéré ? « La dictature peut avoir des formes différentes, répond-il de sa voix basse. On n’enlève pas les opposants, on ne les met pas en prison, comme cela a pu être le cas pendant la période communiste. Mais bon, un régime où on a peur de perdre son emploi si on s’exprime sur des sujets politiques, c’est quand même selon moi une dictature dans une forme disons molle. »

L’indicateur de son humanité

Capture décran 2019 09 03 à 13.53.29Dans la localité de Vác, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale, l’archevêque Miklós Beer est également un critique notoire du gouvernement. Au sein de l’Eglise catholique hongroise, l’une des plus conservatives d’Europe et qui regrouperait 40% des Hongrois, on dit de lui qu’il n’a plus toute sa tête, raconte-t-il en souriant. « Moi, ce qui me dérange, c’est que l’opinion publique croit que ce pays et son gouvernement sont chrétiens juste parce que l’Etat aide à la rénovation des églises, qu’il favorise l’enseignement religieux et que différentes personnalités politiques prennent part à des célébrations et des manifestations religieuses. Mais ce ne sont que des apparences ! » Pour lui, la question migratoire est emblématique de cette instrumentalisation de la religion : « Le gouvernement utilise le christianisme pour dire qu’il faut se défendre contre l’islam ; c’est très dérangeant. Il faut absolument différencier ces discours de la foi chrétienne qui, elle, est une réalité vécue, où le croyant attend de savoir ce que Dieu veut de lui. » Mais le plus grave problème de son pays reste celui des tsiganes, estime-t-il. «  Il y a quelques années, j’ai écrit une lettre pour qu’elle soit lue dans les différentes paroisses catholiques.  J’y disais notamment ceci : que notre capacité à les intégrer, à les accepter comme nos frères était un bon indicateur de notre humanité ». Dans le jardin du palais épiscopal et avant de prendre congé, il montre un tout petit sapin qu’il a planté. Un symbole, dit-il ! Qu’est-ce qui doit donc pousser absolument en Hongrie ? « La solidarité », répond-il sans l’once d’une hésitation.

Gabrielle Desarzens

Cet article a été publié en version courte dans les colonnes du Courrier le vendredi 30 août 2019.

Le reportage a fait l’objet de l’émission Hautes Fréquences de dimanche 1er septembre à 19h sur RTS La Première et de l’émission Babel du dimanche 8 septembre à 11h sur RTS Espace 2.

 

  • Encadré 1:

    Un trauma national

    Capture décran 2019 09 03 à 13.52.01Dans le 3è arrondissement de Budapest, l’historien des religions Attila Jakab le confirme : il faut faire la différence entre la religiosité d’apparence, structurelle, institutionnelle, de façade, et la foi ancrée dans la spiritualité. « Et ce qui manque à mon avis c’est la spiritualité. On parle actuellement dans le monde d’une religiosité identitaire politisée, sans aucun substrat, sans aucun contenu spirituel. C'est une forme politico-religieuse sans contenu. » Et c’est précisément ce qui explique la montée des populismes, indique-t-il. « Une telle religiosité donne aux gens une identité communautaire sans aucune valeur morale. Ce qui se passe dans la société hongroise – mais aussi à mon sens dans les autres pays de l’Europe de l’est comme également de l’ouest – c’est que les communautés religieuses répondent à leur quête identitaire et à leur besoin de sécurité. » La droite hongroise, précisément, plonge ses racines dans la nostalgie de la grande Hongrie chrétienne. Et le gouvernement hongrois entend bien commémorer l’année prochaine la « tragédie nationale du traité de Trianon où le pays a perdu 71% de sa superficie en 1920.

Publicité
  • Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Une votation qui défie les milieux évangéliques

    Le peuple suisse se prononce le 9 février sur l’extension de la norme pénale antiraciste à l’homophobie. Pour nourrir le débat, Marc Früh, responsable de l’Union démocratique fédérale (UDF) en Suisse romande, à l’origine du référendum qui combat cet ajout à l’article 261 bis du code pénal, et André Varidel, chrétien homosexuel issu des milieux évangéliques, répondent à trois questions.

    vendredi 24 janvier 2020
  • Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le Sahel et ses tensions religieuses s’invitent au WEF

    Le forum de Davos s’ouvre aujourd’hui mardi 21 janvier. Le Sahel et ses tensions religieuses y seront pour la première fois l’objet d’une conférence, organisée notamment par l’Alliance évangélique mondiale.

    mardi 21 janvier 2020
  • Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Tempête religieuse au Monténégro juste avant le Noël orthodoxe

    Une loi sur la liberté religieuse enflamme le Monténégro, petit pays balkanique aux trois quarts orthodoxe. Les centaines de monastères et les nombreuses terres de l’Eglise orthodoxe serbe, majoritaire, pourraient tout bonnement passer aux mains de l’Etat. Noël, que les orthodoxes célèbrent ce mardi 7 janvier, s’annonce tempétueux.

    lundi 06 janvier 2020
  • "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    "Il faut que les chrétiens reviennent vivre au Proche-Orient"

    Il a maintes fois risqué mourir d’une balle perdue. Au cœur du chaos syrien, dans la ville de Homs, le prêtre syrien Ziad Hilal est resté pendant les 8 années de guerre. « Parce qu’on ne quitte pas les gens quand ils passent par un temps difficile. » A la veille de Noël, il dit ne pas pouvoir imaginer un christianisme sans ses racines au Proche-Orient, « où Jésus est né, a marché et annoncé la Bonne Nouvelle. Il faut que les chrétiens reviennent y vivre ! »

    dimanche 22 décembre 2019

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !