Des mains pour un service d’aumônière

lundi 23 mai 2005

Elle passe au chevet des malades de Saint-Loup et d’Orbe. Pour apporter un brin de compagnie à l’un, pour écouter les souffrances d’un autre... Depuis 8 ans, Noëlle Sennwald de l’Eglise évangélique des Amandiers à Lavigny exerce son ministère d’aumônier en hôpital. Grâce au soutien financier des établissements hospitaliers concernés, de celui de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud et de l’Union des AESR, via le Trait d’union missionnaire (le TUM). Découverte d’un ministère qui rayonne dans le monde hospitalier romand.

« Pour accomplir sa tâche, Noëlle a du charisme, alors que d’autres en ont nettement moins ! » Le propos est clair. Il résonne de manière péremptoire dans le bureau des infirmières du service de gynécologie de l’hôpital de Saint-Loup. La jeune infirmière qui vient de s’exprimer relève avec ses collègues que la collaboration avec Noëlle Sennwald, aumônière du Resho, est fructueuse.

De l’esthétique à l’aumônerie

Depuis 6 ans, Noëlle Sennwald travaille comme aumônière à l’hôpital de Saint-Loup. Esthéticienne de profession, Noëlle a accompli une formation diaconale pilotée par les Eglises réformées de Suisse romande, tout en demeurant attachée à l’Eglise évangélique des Amandiers à Lavigny (VD). A l’issue de cette formation, elle s’est engagée dans un ministère d’aumônier en hôpital. « Mon engagement consiste à donner aux blessés de la vie et de la religion la possibilité de retrouver un lien avec le Créateur au travers du message du Christ ». Assise à la cafétéria de Saint-Loup, Noëlle Sennwald donne le contour de ses activités d’aumônerie. Elle a pour mission de visiter tous les patients qui entrent dans les services de gynécologie, de maternité, de médecine et des soins intensifs de Saint-Loup. Cela réparti sur 3 jours de la semaine. Le reste de son plein-temps, Noëlle visite les patients de l’hôpital d’Orbe.

Une foi qui ouvre à un autre regard

C’est dire si son quotidien est fait de rencontres. Des rencontres qui vont de l’échange de quelques propos convenus à l’entretien spirituel intense. « Il y a quelques jours, raconte Noëlle, j’avais emmené avec moi un petit livre sur le thème de la résilience (la capacité de rebondir après un malheur) pour le parcourir pendant les pauses ou les instants de battement ». Au chevet d’une malade, elle découvre que cette femme a besoin d’approfondir ce thème. Elle lui prête le livre. Le message de la résilience fait son chemin dans le coeur de cette patiente. Cette femme quittera l’hôpital avec un autre regard sur les malheurs qui l’ont frappée ces dernières années et avec le désir de mieux comprendre d’où viennent ses blessures et la « fausse » culpabilité qui l’habite. « Je ne crois pas au hasard, ajoute l’aumônière. Par toutes sortes de moyens, ma tâche consiste à montrer que la foi en un Tout-Autre permet de changer son regard sur les circonstances et sur les autres ! »

Quand quelqu’un demande « la piqûre »...

Des histoires d’accompagnement où elle subodore la main de Dieu, Noëlle Sennwald pourrait en raconter pendant des heures. Souvent ces dernières années, des malades en fin de vie lui ont demandé ce qu’elle pourrait faire pour qu’ils soient mis au bénéfice le plus rapidement possible de « la piqûre ». Le débat est vif actuellement dans les hôpitaux autour de l’euthanasie et de l’aide au suicide. Formée en soins palliatifs, Noëlle Sennwald aimerait que l’on « mette autant d’énergie pour donner sens à la vie jusque dans ses derniers instants que pour trouver des solutions aux demandes d’aide au suicide ». Lorsqu’un malade lui demande s’il peut obtenir « la piqûre », l’aumônière de Saint-Loup ne se laisse pas troubler. Elle redouble d’écoute pour découvrir ce qui motive cette personne à formuler une telle demande. Souvent, en conversant avec le malade, elle reçoit des confidences sur le désarroi et la solitude des personnes en fin de vie. Sur leur sentiment d’inutilité et sur l’impression de gêne qu’ils pensent susciter auprès de leur entourage. « Certaines personnes en phase terminale demandent une aide au suicide, parce qu’elles ne sont plus écoutées, ajoute Noëlle Sennwald. Après des échanges avec eux, la plus belle récompense que je peux recevoir, c’est quand le malade me dit : « J’ai réfléchi. Je crois que je peux aller jusqu’au bout... »

Humaniser le départ des enfants mort-nés

Ces dernières années, Noëlle Sennwald s’est aussi investie dans l’accompagnement des enfants mort-nés et de leurs parents. Assimilés pendant longtemps à des « déchets carnés », ils sont aujourd’hui accueillis comme des humains. « Avec le personnel soignant, explique-t-elle, nous avons réfléchi à des propos à tenir en pareilles circonstances à l’endroit des parents. Pour le petit être, nous avons aussi mis en place une démarche de deuil digne ». Dans de telles circonstances, quand l’aumônière est appelée, elle propose d’abord aux soignantes un rituel de deuil qui permet de prendre en charge leur émotion devant l’enfant mort. Noëlle Sennwald prie, puis installe le petit être dans un cercueil adapté à sa taille. Si elle le souhaite, la famille peut alors voir le bébé et prendre congé. « Pour développer cela à Saint-Loup, j’ai été beaucoup aidée par l’équipe de gynécologie et par les pompes funèbres de la région, ajoute l’aumônière. Ils se sont montrés très collaborant, en travaillant parfois bénévolement pour que cet accompagnement se passe pour le mieux... »

Afficher des convictions ne gâche pas les relations

Au début de son service à Saint-Loup, Noëlle Sennwald peinait à trouver un « juste profil ». « J’ai dû me positionner du point de vue de la foi et de mon droit à être qui j’étais dans mes convictions religieuses », explique-t-elle. D’un côté, elle souhaitait rencontrer chacun. De l’autre, elle avait des convictions qui lui donnaient une orientation dans son activité d’aumônerie. Il lui a fallu du temps pour oser dire ce qui l’habitait, dans le contexte de pluralisme religieux et philosophique d’un hôpital. Aujourd’hui, Noëlle Sennwald est satisfaite d’avoir oser affirmer une ligne. « Contrairement à ce que je pensais, ajoute-t-elle, le fait d’être au clair sur moi-même a généré une ouverture et une liberté extraordinaires pour rencontrer patients et soignants sur les questions fondamentales de l’existence, même si mes interlocuteurs ne partagent pas mes convictions ». A ce propos, Noëlle aime raconter sa rencontre avec une femme très angoissée par l’après-mort. A la demande de cette patiente, l’aumônière de Saint-Loup lui fait part de l’espérance chrétienne dans ce domaine. « Cet échange a permis un apaisement extraordinaire chez cette femme. Avec un beau sourire, elle a pu dire : « Jamais on ne m’avait parlé de cela ! »

Serge Carrel

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

  • « Il était des fois » : une série de capsules vidéo mettant en dialogue des jeunes évangéliques, réformés et catholiques

    Ven 17 mai 2024

    Le 21 mai sortira sur les réseaux sociaux de la FREE et sur sa chaîne Youtube la première de cinq capsules vidéo réalisées avec Média-Pro, Cath-Info et DM. Dans cette série "Il était des fois", deux jeunes catholiques, deux jeunes réformés et quatre jeunes évangéliques, réunis le temps d'un week-end à la montagne, discutent de leur foi respective et apprennent à se connaître.

  • Cours Just People (4) : la justice au cœur des préoccupations et des actions

    Ven 10 mai 2024

    Lors de la quatrième rencontre du cours Just People, le 1er mai 2024, Salomé Richir-Haldemann, coordinatrice de Stop Pauvreté, a présenté la justice mise en pratique comme une exigence biblique, une conséquence naturelle du salut par la foi. Elle invite les Eglises et les chrétiens à mettre la justice au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions.

  • Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

    Ven 10 mai 2024

    Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !