« Les jeunes se construisent en passant du temps avec Dieu ! »

mercredi 11 avril 2018

Le numéro 12 de l’avenue de la Gare à Neuchâtel est l’annexe de l’Eglise de La Rochette (FREE), située deux bâtiments plus haut. Des soirées pour jeunes intitulées « Génération Consacrée », imaginées par Aurélie Hufschmitt, 26 ans, s’y déroulent depuis quelques mois. Explications depuis les profonds canapés bleus du sous-sol.

Le carton d’information est on ne peut plus clair : « Que se lève une génération restaurée dans son identité, affermie dans la foi, passionnée par et pour un seul nom », peut-on y lire. Prochaine soirée « Génération Consacrée » : vendredi 25 mai. Il s’agira de la cinquième édition depuis septembre dernier. Au sous-sol du numéro 12 de l’avenue de la Gare à Neuchâtel, Aurélie Hufschmitt s’assied sur l’un des canapés bleus de ce local pour jeunes et sort une feuille A4 de son sac : « J’ai eu une vision prophétique quand j’ai accepté ce travail de pasteure jeunesse ici, indique-t-elle. J’ai vu des braises, des jeunes embrasés par Dieu ; des guerriers affermis dans la foi. Et la Suisse impactée par chacun d’eux. » La Française originaire d’Alsace en est convaincue : « Je crois que ce qui nous bâtit dans notre identité, c’est le fait de passer du temps avec Dieu. Les jeunes en ont vraiment besoin et c’est le but de ces rencontres organisées pour ceux qui ont en majorité entre 18 et 20 ans : leur donner l’envie et les outils pour parvenir à vivre ces face-à-face avec le Seigneur. »

La prière, une arme puissante

Les locaux utilisés par les jeunes de La Rochette ont fêté l'année dernière les 10 ans de leur rénovation. A côté d’un babyfoot, une mini-cuisine, un local de prière. « La prière est l’un des outils qu’on recommande aux jeunes, commente Aurélie. Comme aussi la lecture de la Bible et l’appropriation des conseils et promesses qu’on peut y lire ». Du basique, somme toute. Mais qui peut prendre des formes concrètes et ouvertes sur le monde, comme la possibilité de servir de la soupe aux démunis de la ville les mercredis midi au numéro 18 – soit le bâtiment où se déroulent les différents cultes de la communauté. Celle qui a toujours eu un cœur pour l’Eglise croit d’ailleurs dur comme fer à la puissance de la prière. Elle indique être impliquée aussi – à côté de son 50% à La Rochette – dans le mouvement des maisons de prières. Ces lieux dits « néomonachiques », en pleine expansion, visent la louange et la prière 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. « Parce que par la prière, on peut changer la face du monde », affirme-t-elle, en ajoutant que de telles maisons existent déjà en Suisse romande à Genève, Yverdon-les-Bains et Vevey.

Se savoir aimé

Autre corde à son arc : Aurélie joue du piano et s’essaie à la percussion dans un groupe qu’elle a monté avec les jeunes de l’église. « On procède de façon intuitive et on essaie d’être attentif à ce que l'Esprit veut nous communiquer. » En outre, elle fait encore partie de l’organisation de Jeunesse en mission « Réveillez Les Héros ». Celle-ci se veut intergénérationnelle, mais rejoint les objectifs de Génération Consacrée : là aussi, les jeunes sont appelés à se lever et à s’affermir dans qui ils sont. « Il y a des galères, c’est sûr, déclare Aurélie, mais on ne les traverse pas seul. Et on se sait aimé, quoi qu’il arrive : c’est essentiel ! »

Gabrielle Desarzens


Ce que je crois : Je crois que la chose la plus belle, la plus fondamentale, la plus marquante que nous puissions vivre, c'est une intimité avec ce grand Dieu, qui, avant tout, cherche à être en relation avec nous.

Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas qu'il existe des obstacles insurmontables sur le chemin qui mène au Seigneur, en tout cas, pas pour lui, et je ne crois pas qu'il n'y ait qu'une seule méthode, qu'une seule façon de faire pour le rencontrer.

Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus qu'il y ait des domaines de ma vie qui n'intéressent pas Dieu, car son désir c'est d'être ma vie, soit d’être à la source de tous mes projets, pas simplement d'en faire partie.

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois que la chose la plus belle, la plus fondamentale, la plus marquante que nous puissions vivre, c'est une intimité avec ce grand Dieu, qui, avant tout, cherche à être en relation avec nous.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas qu'il existe des obstacles insurmontables sur le chemin qui mène au Seigneur, en tout cas, pas pour lui, et je ne crois pas qu'il n'y ait qu'une seule méthode, qu'une seule façon de faire pour le rencontrer.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois a qu'il y ait des domaines de ma vie qui n'intéressent pas Dieu, car son désir c'est d'être ma vie, soit d’être à la source de tous mes projets, pas simplement d'en faire partie.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !