« Pâques, c’est le changement ! »

mercredi 08 avril 2020

Pour Noëlle Sennwald, aumônier à la HET-PRO de St-Légier, il nous faut "ressusciter" : « C’est-à-dire changer notre manière de vivre sous le regard de la Résurrection du Christ, qui est venu sur terre pour nous ouvrir les yeux sur notre humanité dysfonctionnelle. Et qu’on puisse aller vers quelque chose de différent ! »

Que peut nous apprendre la crise du Covid-19 et comment vivre Pâques cette année ? Pour Noëlle Sennwald, ancien aumônier hospitalier et membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), ce week-end pascal est l’occasion pour chacun de s’interroger sur son rythme de vie, sa façon de consommer, son besoin de s’étourdir... et de se recentrer sur l’ETRE et non sur le FAIRE. « Car Pâques, c’est le changement », estime celle qui exerce aujourd’hui son ministère auprès des étudiants de la HET-Pro comme aussi en consultations individuelles.

Qui sont les personnes fragilisées par ce confinement ?

J’observe en fait trois groupes distincts parmi les personnes dont je m'occupe. D’abord chez les 18 à 25 ans, il y a ceux qui trouvent en effet que le confinement devient oppressant dans la durée. Car le côté social est structurant pour eux et ils ne l’ont plus. Pour les 25 à 60 ans, le confinement permet de ralentir la vitesse du temps. Celles et ceux qui flirtaient avec le burnout ne sentent plus ce poids de devoir aller vite et de répondre à toutes les demandes qui les assaillent habituellement. Il y a enfin le groupe des couples et des familles qui se retrouvent à vivre ensemble 24 heures sur 24. Et chacun doit alors apprendre à se réajuster, ou à se rapprocher. Il y a là une chance à saisir de voir l’autre de façon nouvelle, comme une personne à part entière.

Qui s’en sort étonnamment bien ? Et pourquoi ?

Je dirais que mon deuxième groupe, soit les personnes presque en burnout ou en dépression voient que, actuellement, tout le monde est sur le même plan. Ils se sentent sans doute rejoints dans leurs difficultés psychologiques. Le confinement leur donne une tranquillité et une énergie nouvelle. Mais bien sûr, l’inquiétude de la reprise leur fait peur et il faut qu’ils s’arment pour l’avenir.

Quel est pour vous le message de Pâques à faire entendre cette année ?

La Parole de Dieu nous rappelle que la Vérité nous rendra libres (Jean 8,32 ndlr). Je lis actuellement dans ce verset une invitation à réaliser la façon dont nous vivons, avec nos achats compulsifs, nos comportements nocifs en matière d’environnement. Et que l’on puisse changer cela pour nous libérer, nous sentir libres ! Pâques, c’est aussi le voile qui s’est déchiré. J’y vois comme une prise de conscience de ne pas retomber dans des travers qui nous emprisonnent et nous font du mal.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !