Un chant chrétien rallie les manifestants à Hong Kong

lundi 24 juin 2019

« Chante Alléluia au Seigneur » : cet hymne résonne dans les rues de Hong Kong. Les manifestants l’utilisent en effet ces jours comme un cri de ralliement.

De nombreuses vidéos en font état sur internet et les réseaux sociaux : les manifestants chantent « Sing Hallelujah to the Lord » - Chante Alléluia au Seigneur - face aux forces de l’ordre. Ce « cri de ralliement » étonnant à première vue est en fait tout-à-fait pragmatique : prétextant des « émeutes », les forces de l’ordre ont sévi contre des Hongkongais qui scandaient des slogans politiques ; or les réunions de prière chrétiennes, elles, même spontanées, sont légales sur cette île indépendante du sud-est de la Chine. Autrement dit : elles ne sont pas comprises dans la définition des rassemblements que le gouvernement pourrait interdire.

Une façon de militer en faveur de la liberté d’expression

Mais ce choix d’un chant chrétien est aussi lié au fait que les habitants de Hong Kong identifient le christianisme à des valeurs positives, comme la liberté d’expression. Il s’explique enfin tout bonnement par le fait que beaucoup de manifestants sont chrétiens, puisqu’ils représentent 10% de la population de ce territoire ; et ces croyants s’inquiètent d’un rapprochement avec la Chine, où le président Xi Jinping mène une véritable répression à l’égard des religions.

Les Eglises dans la rue

Il faut dire que les Eglises s’impliquent fortement dans le mouvement de protestation : leurs responsables ont appelé les fidèles à se joindre aux manifestations. Parmi eux, citons le cardinal Joseph Zen, salésien et évêque émérite de Hong Kong depuis 2009, connu pour ses positions contre le régime de Pékin ; ou le pasteur baptiste Chu Yiu-Ming qui, selon le site du journal La Vie, avait déjà participé à un mouvement pour le droit de vote en 2017, et qui fait partie des leaders religieux connus qui manifestent aujourd’hui quotidiennement.

Cantique universel

« Chante Alléluia au Seigneur » est un hymne d’origine protestante écrit dans les années 70 en Californie par une dénommée Linda Stassen, qui faisait partie du mouvement hippie évangélique les Jesus people. Depuis, il est repris largement par de nombreuses communautés tant protestantes que catholiques dans plusieurs langues. Constitué d’une seule phrase, il n’est actuellement à Hong-Kong pas qu’une émotion, mais a ceci d’universel qu’il exprime donc un désir de liberté et de paix, quelles que soient les croyances de chacun.

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter sur RTS.religion.ch

Publicité
  • Comment le coronavirus profite aux djihadistes de Boko Haram en Afrique

    Comment le coronavirus profite aux djihadistes de Boko Haram en Afrique

    Il y a six ans, les lycéennes de Chibok au Nigeria étaient enlevées par Boko Haram. Alors que certaines sont toujours détenues, l'ONG Open Doors England souligne mardi 14 avril que le confinement lié au coronavirus profite au groupe djihadiste. Et invite les chrétiens à prier pour ces jeunes victimes. 

    mercredi 15 avril 2020
  • Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Jean Ziegler: « Il existe une fraternité de la nuit entre les hommes »

    Quid du covid-19 dans les camps de migrants ? Ceux-ci y vivent entassés, comme à Lesbos, où le sociologue Jean Ziegler s’est rendu pour dénoncer les conditions indignes qui y règnent1. Et pourtant, même si la pandémie menace dans ces lieux où la promiscuité est un euphémisme, l’ancien rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation croit que l’Histoire a un sens. Et qu’il existe ce qu’il appelle « une mystérieuse fraternité de la nuit entre les hommes ». Il était au micro de Gabrielle Desarzens dimanche 5 avril dans Babel.

    lundi 06 avril 2020
  • Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Coronavirus : la fragilité des personnes en souffrance psychique mise à l’épreuve

    Les moments de partage se sont multipliés à La Maison Béthel, qui accueille des adultes en fragilité psychique passagère ou chronique. « La parole soulage. Et notre population doit pouvoir dire. Et se dire », résume jeudi 26 mars Claude-Alain Nuti, l’un de ses deux aumôniers.

    jeudi 26 mars 2020
  • Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    Etre des citoyens « à la loyauté critique »

    L’acquittement de Norbert Valley : une victoire ? « C’est une étape », estime Pierre Bühler, professeur honoraire de théologie à l’Université de Zurich, témoin de la défense jeudi 12 mars au Tribunal Régional des Montagnes et du Val-de-Ruz. Pour lui, il faut plus que jamais que le chrétien soit un citoyen « à la loyauté critique ». D’autant plus quand l’Etat prend des décisions contraires à ses principes supérieurs. Plusieurs réactions de personnes présentes à l'audience lui font écho.

    lundi 16 mars 2020

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !